Le passé n’oublie

                     Le passé n’oublie et restitue à tout avenir l’oeuvre des témoins de l’amour,

                     Eux qui ont marqué le temps de leurs profonds sentiments,

                     Eux en vérité toujours vivants,

                     Enfants de tous les présents,s’ouvrent leurs coeurs à tous les bonheurs,

                     Guides perpétuels pour nombre de semblables,

                     Etres errants qui,fort tôt,se révéleront âmes soeurs,

                     De leur passé se rendront-ils à la vérité de leur éternité,

                     Fiers et tendres dans les pas des témoins de l’amour.



Mon beau pays

                     Mon beau pays,

                     Sauras-tu enfin le partage,

                     Cesseras-tu tes conflits d’un autre âge,

                     Zola est mort mais son âme pleure encore,

                     Du paradis où se repose son être parvenu voit-il tes inégalités perdurer,

                     Ses dirigeants,tels ceux de son temps,toujours se déchirer comme des enfants,

                     La richesse s’accentuer et la pauvreté toute juste mieux habillée,

                     Mon beau pays,

                     De cette Eglise qui se réclame du Témoin divin,es-tu toujours sa fille aînée,

                     Cette nation avide de liberté,

                     Inspiratrice pour ce monde des élémentaires égalités,

                     L’interprète de l’air fraternel,

                     De toutes les autres es-tu toujours la plus belle,

                     Mon beau pays,

                     Retrouve les mots de l’amour,

                     Ne t’oublie plus en ce royaume des jours,

                     Retrouve la noblesse de ton influence pour nombre de consciences,

                     Mon beau pays,

                     Sois de nouveau le guide de sagesse vers le choix ultime de l’espérance.



L’équation de notre vérité

                     Ainsi le Un devient Deux,

                     Tôt forment-ils le Trois,

                     Se présentent ses suivants,noble Sept ou Douze,

                     Que ne s’oublie le Treize en trahison car est-il aussi chiffre du pardon,

                     Ainsi s’ordonnent nos destinées,

                     Par ce compte se forment les jours,

                     En cette logique se pose notre amour,

                     Se résout l’équation de notre vérité,

                     Se démontre par les formules de notre bonheur la valeur de notre coeur.



Qui dira les mystères de nos destinées

                     Qui dira les mystères de nos destinées,

                     Qui compte les jours nécessaires à notre amour,

                     Ainsi ce départ en pleine enfance,

                     Ainsi cette souffrance de toute une existence,

                     Ainsi ce bonheur en son coeur brisé,

                     Qui dira le voeu éternel en ce temps compté,

                     En cette danse des saisons où se perdent nos corps,

                     Où pourtant nos âmes se révèlent encore,

                     Qui dira les mystères de nos destinées,

                     Leur oeuvre toute vouée à notre vérité.



Notre unique famille

                     Tu es des miens,je suis des tiens,

                     Nous sommes d’une même famille,

                     Elle en vérité unique,

                     Sommes-nous unis par les identiques liens divins,

                     Nos seules apparences figurent nos différences,

                     Car en notre être profond cette évidence,

                     Sommes-nous issus d’une même enfance,

                     Soeurs et frères d’âmes soyons dignes de notre éternité en cette réalité,

                     De notre origine purement divine,

                     Ayons la persévérance de saisir les mots de l’espérance pour notre conscience,

                     Saurons-nous la vérité de notre amour,

                     Retrouverons-nous le chemin de nos racines,

                     Oui,le sens commun guide pour notre unique famille,

                     Serons-nous en nos coeurs réunis alors pour toujours.



Apprendre des jours

                     Apprendre des jours est servir son amour,

                     L’expérience fait sienne la science de l’existence,

                     L’affirmer est une folle insolence,

                     Mais apprenons-nous encore en plein coeur de la souffrance,

                     Vivre ou retenir les plus purs plaisirs,

                     Ainsi ce bonheur témoigné par notre sourire,

                     Quand savons-nous si intensément que vivre est aimer,

                     Est exulter la vérité de notre éternité dès cette réalité,

                     Est saisir le fruit d’allégresse sur l’arbre de sagesse,

                     Apprendre des jours est apprécier le délice de sa divine saveur,

                     Est faire sien pour toujours cet essentiel bonheur.



L’être en paix en son âme

                     L’être en paix en son âme ne sait maudire,

                     Nulle utopie en son pardon,entière est sa compassion,

                     Est-il cet être de toute vérité,déjà ange de son éternité,

                     Il offre sa sincérité à cette réalité,

                     Précieux est son message,il traversera les âges,

                     L’être en paix en son âme témoigne la divinité de son amour,

                     Il n’est le héros de ses jours,

                     Toute peur fuit le bonheur en son coeur,

                     Cette évidence qui irradie de toute son apparence,

                     L’être en paix en son âme est un guide en cette existence.



Je sais de l’histoire son espoir

                     Je sais de l’histoire son espoir,

                     De son passé sa vérité,

                     Pour notre bonheur le message de ses erreurs,

                     Pour notre coeur ses plus nobles valeurs,

                     Je sais de l’histoire son espoir,

                     Ses jours furent et sont toujours au chevet de notre amour,

                     Qu’il reçoive l’évidence,qu’il retrouve paix en sa conscience,

                     Pour notre être en son entier,qu’il soit enfin digne de sa divinité,

                     Je sais de l’histoire sa folie,notre oubli,

                     Mais qu’à son dernier présent tout sera accompli.



Pour l’ambition de ton éternité

                     L’amour t’offre ce temps,

                     Qu’il te soit précieux instants,

                     L’amour t’offre ces jours,

                     Qu’ils taisent tes peurs,qu’ils te révèlent à ton intime bonheur,

                     L’amour t’offre cette espérance,

                     Qu’elle te conseille en ta conscience,

                     Qu’elle te guide en ton avenir,

                     L’amour t’offre cette réalité,

                     Pour tes désirs qu’elle te soit riche de mille plaisirs,

                     En la souffrance même rencontreras-tu ta vérité,

                     Qu’elle chasse enfin les doutes de ton passé,

                     Toujours l’amour assouvira l’ambition de ton éternité.



Le plus libre des êtres

                     Le plus libre des êtres est celui dont le coeur ignore toute peur,

                     Dont l’amour s’offre sans détour à ces jours,

                     Dont le pardon n’est une illusion,

                     La liberté a les couleurs de la vérité,

                     A lui,alors en paix en sa conscience,

                     La liberté lui ouvre les voies du bonheur,

                     Le plus libre des êtres a ces pouvoirs chasseurs de doutes,

                     Pour son passé cette faculté de tuer ses regrets,

                     Le plus libre des êtres a retrouvé la divinité de son éternité.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie