Au loin les peurs

                     Au loin les peurs,que se témoigne sans plus de retenue notre bonheur,

                     Accordons la vérité de notre éternité à notre destinée,

                     Ne renions ces jours,sont-ils volonté de notre amour,

                     Vivre est quête de sagesse pour notre intime sagesse,

                     Mille plaisirs pour mille évidences que saura retenir notre coeur,

                     Que s’extasie notre conscience nous chasserons ses peurs,

                     Suivons l’espérance nous retrouverons notre divin honneur.



Un instant de vie

                     Un instant de vie,

                     Fut-il si court mais offrit-il son image,

                     Sa parenthèse de couleurs,de formes et de vérité révélée,

                     Un instant fort influent en notre être,

                     Créateur de pensées que n’oublierait notre mémoire,

                     Etait-il le tableau de l’artiste passeur de savoir,

                     L’instant était plaisant,tout d’harmonie que sut retenir notre paraître,

                     Lui qui s’offrit alors le repos,une nécessaire pause,l’intense plaisir en sa conscience,

                     Aussi longue peut être l’existence,un seul instant de ses jours peut définir l’essentielle importance,

                     Se définir au-delà de toute espérance,

                     Traduire en son éminence tout le sacré de l’amour,

                     Tout l’indicible du divin en son sein.



Au repos du corps l’éveil de l’âme

                     Au repos du corps l’éveil de l’âme,

                     Son retour au coeur de son amour,

                     Vient à elle la vérité de ces jours,

                     Le cours de l’exigence en sa conscience,

                     Le conseil encore et sans fatigue de l’espérance,

                     Au repos du corps se proposent à l’âme les certitudes éternelles,

                     Pour sa divinité retrouvée l’ambition perpétuelle,

                     Que ne s’endorme l’âme à l’éveil du corps,

                     Que se taisent à jamais quelques regrets,

                     Que s’évanouissent pour toujours quelques doutes,

                     Ne s’endort l’être à l’écoute de sa vérité,

                     Son présent est de tous les temps.



Tous les pouvoirs de ton corps

                     Offre tous les pouvoirs de ton corps à ton or,

                     A cette somme de vies qui font la richesse de ton être,

                     Aux désirs d’une destinée toute soumise à ton éternité,

                     Salue les capacités de ton paraître,

                     Tes dons élèveront ton amour,qu’ils exultent en ces jours,

                     Qu’ils soient guides pour tes semblables,

                     Pour eux qu’ils guérissent,qu’ils indiquent le possible bonheur pour leurs coeurs,

                     Recevras-tu tout aussi ce dont ils sont capables,

                     Tes dons alors en partage entendrons le précieux conseil,

                     Le devin s’imposer en ton âme,

                     Sauras-tu qu’il te faut taire tes regrets,éloigner tes doutes et quitter tes peurs,

                     Offre tous les pouvoirs de ton corps à ton or,

                     A ce divin en toi plus près encore de sa vérité retrouvée.



Les mots du vieux

                     Entendrez-vous les mots du vieux,

                     Les paroles du sage qui a su retenir l’espérance de son existence,

                     Saisissez ses pensées vous vous sentirez mieux,

                     Comprendrez-vous qu’il vous suggère l’éternité en votre réalité,

                     Veut-il vous témoigner sa perpétuelle jeunesse au sein même de sa vieillesse,

                     Entendrez-vous le chant de l’ancien sur la musique de son coeur,

                     Est-il l’interprète du bonheur,

                     Pour vous sera-t-il l’artiste de l’amour,

                     Un ange,un guide sur la route de vos jours.



Au pays de l’évidence

                     Au pays de l’évidence nulles frontières,

                     Ses habitants tous soeurs et frères,

                     Suis-je un rêveur ou ai-je la mémoire de mon origine,

                     Saurons-nous notre apparence juste divine,

                     Sans différence,sans folle inconscience,

                     Seule riche de mille couleurs,

                     Puissent enfin nos coeurs échanger leur bonheur par le seul langage de l’amour.



Le sucre de la vie

                     Saisis le sucre de la vie,

                     Qu’il te demeure chose précieuse,ton essentiel plaisir,

                     Jouissance toute en espérance en ta conscience,

                     Trésor jamais perdu que tu ne saurais salir,

                     Le sucre de la vie éveille le coeur de ton être,

                     Ce pur intime révélé par le regard de ton paraître,

                     Ces deux fenêtres ouvertes sur la vérité de ton éternité,

                     Le sucre de la vie a le goût de l’amour,

                     En toute quiétude et sans peur aucune il se savoure.



A l’enfant de l’existence

                     A l’enfant de l’existence sa reconnaissance,

                     Doit-il en appeler à l’espérance pour qu’enfin nous lui accordions l’évidence,

                     Cette réalité n’est un pays interdit mais l’hôte de notre vie,

                     Notre amour posé en ces jours,

                     Pour sa divinité sa quête de vérité,

                     A l’enfant de l’existence toutes les chances,

                     Taisons les esprits délétères,

                     Pour tous est cette Terre.



Puisque notre être est un ensemble

                     Alors pour notre corps saisissons les plaisirs,

                     Meilleure sera la santé de notre esprit,

                     Puisque notre être est un ensemble ne négligeons sa jouissance,

                     Epargnons-lui l’excès mais que toute envie de vivre nourrisse sa conscience,

                     Bien plus plaisant lui sera le parcours de ses jours,

                     Ainsi l’opportunité de sa destinée,

                     L’utilité d’un temps d’existence pour l’accompli de son amour,

                     Car vivre est exaucer le voeu de son éternité.



Enfants de la lumière

                     Enfants de la lumière puissions-nous illuminer cette Terre,

                     Soyons des êtres fiers de l’être,

                     Ambassadeurs de l’éternité en cette réalité,

                     Témoins de l’amour en ces jours,

                     Nulle utopie en notre pardon,

                     Que sincérité en notre compassion,

                     Que pure humilité en notre attitude,

                     Car que vérité en nos certitudes,

                     Enfants de la lumière propageons la brillance de l’espérance,

                     Chassons les ténèbres des consciences,

                     En ce monde des peurs ouvrons les coeurs à leur futur et perpétuel bonheur.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie