Le temps où on ne comptait le temps

                     C’était le temps où on ne comptait le temps,

                     Le labeur durait de tout son nécessaire,

                     Chacun savait ce qu’il avait à faire,

                     Tous perduraient sans faillir,en tout plaisir,ce présent,

                     L’entraide,le partage,sans loi aucune,s’imposaient en toute leur noblesse,

                     Quand tous entendaient la parole de l’ancien,en vérité toute sa sagesse,

                     La faute ne s’ignorait,s’entendait et s’ordonnait en conscience,

                     Chacun recevait les conseils de l’espérance,

                     Tous ignoraient la peur car chacun savait cette réalité au service de son éternité.



Le noble sens

                     Au silence de nos premiers sens que s’ouvrent nos autres capteurs d’évidence,

                     Sans voir,sans entendre pourrions-nous deviner notre essentielle importance,

                     Saurions-nous cette autre lumière,cet autre son,

                     L’amplitude de notre être vrai,lui hors de cette apparence,

                     Lui qui jouit de son amour malgré le défaut de ces jours,

                     Que s’ouvre en cette réalité ce noble sens tout au fait de notre éternité.



Le fil de l’espérance

                     Ne romps le fil de l’espérance,

                     Suis le sens de son infini,

                     Te guidera-t-il vers ton excellence,

                     Vers le parfait de ton être accompli,

                     Vers ton éternel bonheur en toute son éminence,

                     Sur le chemin de tes erreurs retrouve le fil de l’espérance,

                     L’avais-tu quitté lors du passé de tes regrets,

                     Saisis-le sans faillir par toutes les certitudes de ton présent,

                     Seront-elles évidences de ton avenir,

                     Evolueras-tu enfin vers l’oubli de tes ancestrales souffrances,

                     Le fil de l’espérance te mènera vers ta vérité retrouvée,

                     Vers ton divin sans plus jamais de chagrin,

                     Vers ton amour pour toujours.



Parent et enfant

                     Etre bon parent ou plutôt cette soeur,ce frère justement sévère,

                     Etre bon parent ou reconnaître l’équivalence de son enfant,

                     Est-il cette autre âme en mal d’évidence,

                     Ce passager accepté sur le bateau de sa destinée,

                     Sera-t-il,fort tôt,à sa propre barre pour atteindre enfin les rivages de l’espérance,

                     Sur les flots de souffrance,en tous les vents des doutes,

                     Parent et enfant acquièrent nombre de vérités que nommera richesse leur éternelle sagesse.



Au-delà de l’apparence

                    Au-delà de l’apparence la grande évidence,

                    Une vérité toute en éternité,

                    Les amis de la vie,les amants d’avant,

                    Les frères d’hier,les soeurs d’un plaisant bonheur,

                    Au-delà de l’apparence où ne sont plus les peurs,

                    Les amours libérés des jours,

                    Nous guident-ils,souhaitent-ils nos réussites,

                    L’oeuvre de l’espérance en nos coeurs,

                    Au-delà de l’apparence le dialogue divin des plus sereins,

                    Formes en pensées,esprits en doutes encore,

                    Revivront-ils notre réalité pour mieux s’élever vers leur divinité,

                    Au-delà de l’apparence les formes et couleurs d’une infinie création,

                    L’oeuvre tout en mouvement,en perpétuel changement du créateur sans visage,

                    En cette existence comme au-delà de l’apparence soyons dignes et sans ambages,

                    Nous sommes à son image.



Il prépare son départ

                     Que les enfants comprennent,leur père n’est déjà plus de cette ère,

                     Il prépare son départ,

                     Il n’est plus trop tôt ou trop tard,c’est juste l’heure,

                     Son dernier bonheur en ce temps sera un dernier partage,

                     En toute innocence d’une enfance qui semble renaître,

                     Il sourit,pour mieux dire,il aime,

                     Que les enfants comprennent,point sénile n’est leur père,

                     Son âme prépare le grand voyage,

                     Ferme la valise des souvenirs,

                     Sa vérité n’est déjà plus de ce temps,

                     Mais en la vérité de son éternel présent.



De cette confiance

                     Sois digne de cette confiance que l’animal te témoigne,

                     En toute son innocence s’évalue ton âme,

                     La réalité de ta sincérité,la valeur de ton humilité,

                     Cet être est enfant des jours,il se propose à ton amour,

                     Sois digne de cette confiance qui s’offre à ta conscience,

                     De ce temps compté naîtra la joie de ton éternel présent.



A vieillir

                     Mon enfance mariait les différences,

                     Mon innocence mélangeait les couleurs,

                     Mon espérance assemblait les êtres,

                     Ma conscience combattait les souffrances,

                     A vieillir perdons-nous nos certitudes,

                     Soumis à nos doutes par folle habitude,

                     Ou prisonniers des regrets par folle attitude,

                     Que revienne,quand bien même cette immédiate vieillesse,notre éternelle jeunesse,

                     Que revive dès ce temps notre divine sagesse,

                     Que s’exprime enfin,en toute liberté de cette inique personnalité,

                     Notre amour en ces jours.



Près du lieu des plus anodins

                     Près du lieu des plus anodins s’éveille pourtant l’évidence,

                     Se révèle la beauté en nos pensées,

                     Pour l’espérance chaque seconde de cette existence a son importance,

                     L’âme qui ne doute,qui combat sans peur pour l’honneur de son bonheur,connaît sa chance,

                     Sait ces jours outils fort utiles pour son amour,

                     Comprend que chaque espace de ce temps est don de l’éternité à sa vérité,

                     Près du lieu des plus anodins,comme près du palais des princes,se propose l’inédite allégresse,

                     Pour peu que cesse en nos sens leur folle paresse.



Le cinéma de la vie

                     En ce grand cinéma de la vie sommes-nous les acteurs,

                     Doués de tout honneur jouons-nous l’horreur ou le bonheur,

                     Dirigés par l’éternité devons-nous incarner la vérité,

                     Endosser l’habit de notre apparence et interpréter le rôle de notre égo en quête d’espérance,

                     Puissions-nous être ces comédiens au talent fort inné,

                     Riches en leur être d’une éminente évidence,

                     En ce film des jours soyons les artistes de notre amour.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie