Le temps où on ne comptait le temps

                     C’était le temps où on ne comptait le temps,

                     Le labeur durait de tout son nécessaire,

                     Chacun savait ce qu’il avait à faire,

                     Tous perduraient sans faillir,en tout plaisir,ce présent,

                     L’entraide,le partage,sans loi aucune,s’imposaient en toute leur noblesse,

                     Quand tous entendaient la parole de l’ancien,en vérité toute sa sagesse,

                     La faute ne s’ignorait,s’entendait et s’ordonnait en conscience,

                     Chacun recevait les conseils de l’espérance,

                     Tous ignoraient la peur car chacun savait cette réalité au service de son éternité.



Parent et enfant

                     Etre bon parent ou plutôt cette soeur,ce frère justement sévère,

                     Etre bon parent ou reconnaître l’équivalence de son enfant,

                     Est-il cette autre âme en mal d’évidence,

                     Ce passager accepté sur le bateau de sa destinée,

                     Sera-t-il,fort tôt,à sa propre barre pour atteindre enfin les rivages de l’espérance,

                     Sur les flots de souffrance,en tous les vents des doutes,

                     Parent et enfant acquièrent nombre de vérités que nommera richesse leur éternelle sagesse.



De cette confiance

                     Sois digne de cette confiance que l’animal te témoigne,

                     En toute son innocence s’évalue ton âme,

                     La réalité de ta sincérité,la valeur de ton humilité,

                     Cet être est enfant des jours,il se propose à ton amour,

                     Sois digne de cette confiance qui s’offre à ta conscience,

                     De ce temps compté naîtra la joie de ton éternel présent.



Le cinéma de la vie

                     En ce grand cinéma de la vie sommes-nous les acteurs,

                     Doués de tout honneur jouons-nous l’horreur ou le bonheur,

                     Dirigés par l’éternité devons-nous incarner la vérité,

                     Endosser l’habit de notre apparence et interpréter le rôle de notre égo en quête d’espérance,

                     Puissions-nous être ces comédiens au talent fort inné,

                     Riches en leur être d’une éminente évidence,

                     En ce film des jours soyons les artistes de notre amour.



Cet être appelé Homme

                     Comprendra-t-il cet être appelé Homme qu’il fut animal,

                     Qu’il doit tant à ce végétal,

                     Que ce corps support de ses pensées trouve refuge et confort en ce minéral,

                     Cet être appelé Homme pose sa conscience en ce temps d’existence,

                     Pour lui le sens de toute une évidence par les voies sublimes de l’espérance,

                     Cet être appelé Homme tôt ne sera plus dense,

                     Il retournera à la vérité de son éternité,

                     Puisse enfin être moindre la somme de ses doutes,

                     L’ampleur de ses regrets,

                     Puissent avoir été fort utile à sa conscience ces images,

                     Ces échanges entre semblables,

                     Près de l’animal,de ce vénérable végétal appelé arbre,

                     Ou sous les voûtes majestueuses de cet ensemble minéral.



L’opportunité de cette existence

                     Dansent les apparences,

                     Se rencontrent les contrastes,les inédites chances,

                     Opportunités de se connaître,

                     De s’unir ou s’offrir le sourire,

                     Les jours assemblent les contraires,

                     Se forment les couples en ces jours pour honorer leur amour,

                     S’éveille ce masculin en ce féminin,ce féminin en ce masculin,

                     Les couleurs se mélangent pour former l’oeuvre du bonheur,

                     Ainsi l’opportunité de cette existence pour élever les consciences,

                     La réalité de quelques présents pour sublimer toute une éternité.



Les formes d’un éternel bonheur

                     Les jours tracent leurs sillons,préparent la terre de l’évidence avant le semis de l’amour,

                     Les saisons n’attendent notre courage,notre volonté d’exulter notre vérité,

                     S’avance encore et toujours le temps de l’existence,

                     Il chante l’espérance et nous demeurons sourds,insensibles à sa divine mélodie,

                     Quand nos sens n’attendent que l’extase,que jouissance toute en harmonie,

                     Comprendrons-nous notre chance,

                     Pour nos coeurs,en cette réalité,se font denses les formes d’un éternel bonheur.



Nouvelle année

                     Nouvelle année,nouvel ensemble de jours pour notre amour,

                     Que s’extasient nos pensées en ce temps transitoire de cette réalité,

                     Que s’élève notre être en ce présent qui renouvelle sa promesse,

                     Saurons-nous son pouvoir de nourrir nos certitudes,

                     De taire nos doutes,d’éveiller notre originelle sagesse,

                     Que soit la bienvenue cette nouvelle année,

                     Près d’elle entendrons-nous encore l’espérance toute vouée à notre conscience,

                     Comprendrons-nous que vivre est exaucer les voeux de notre éternité.



Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie