De l’éternité son interprète

                     La magie de la poésie,

                     Son pouvoir d’offrir par son art tout un savoir,

                     Par le chant de ses mots une vérité qui n’ose trop se dévoiler,

                     La poésie ne peut mentir,

                     Divine est sa muse inspiratrice,

                     Le porteur de son art enseigne ses âmes semblables,

                     Par les notes de ses couleurs joue-t-il la musique du bonheur,

                     Le poète,de l’éternité,est son interprète.



Les instants faussement anodins

                     En ces instants faussement anodins oeuvre la vérité,

                     Elle alors sous les traits de la sincérité,sous les habits de l’humilité,

                     Les souvenirs ne sauront les retenir,

                     A leur si grande surprise ces instants sauront resurgir,

                     Seront-ils porteurs d’un si pur plaisir,

                     De l’enfance tout le précieux de son innocence,

                     Des premiers émois ou de l’amour son évidence,

                     Quand au coeur de la souffrance un regard revient avec insistance,

                     Il est compassion,il est guérisseur,de l’âme son docteur,

                     En ces instants faussement anodins la confidence se nomme souvent espérance,

                     L’éternité,en toute discrétion,enseigne son élève réalité,

                     Le présent retrouve son passé pour mieux anticiper son avenir,

                     Parce que chaque seconde de ce temps a sa valeur pour notre bonheur,

                     Les instants faussement anodins savent les retenir.



A deux

                     A deux moindre sont les peurs,

                     L’amour toujours dévoile l’évidence des jours,

                     A deux se décuple le pouvoir des sens,

                     Deux coeurs unis sont à l’oeuvre du bonheur,

                     La passion connaît le chemin de l’espérance,

                     Nul hasard en cette réalité,

                     Deux êtres sous ces cieux retrouvés ont la mémoire de leur éternité.



Les inspirés

                     En vérité sommes-nous toujours inspirés,

                     Mais vient cet instant où les peurs ferment les portes de notre bonheur,

                     L’artiste se morfond alors en ses doutes,

                     Quand cet autre être dévoile forte peine sur son paraître,

                     Ainsi l’enseignement des jours pour notre amour,

                     Mais qui ne perd le fil de l’espérance fait fi de ses heures de souffrance,

                     Vite retrouve-t-il l’éminente influence créatrice de l’oeuvre de joie par tout le talent de ses sens,

                     En vérité sommes-nous toujours inspirés quand nous n’oublions d’aimer,

                     Oui,nous les enfants de l’éternité.



Ce que nos bras enlacent

                     Ce que nos bras enlacent en toute passion a la reconnaissance de notre amour,

                     Par cet élan de notre coeur l’être choisi,ami ou aimant,entre en l’antre de notre bonheur,

                     En ce refuge des sentiments nul ne ment,

                     Sans quoi renierait-il toute la vérité de son éternité.



L’envie d’écrire ne peut mentir

                     L’envie d’écrire ne peut mentir,

                     Quand l’âme parle le corps est son traducteur,

                     Par ses mots posés le coeur exige son bonheur,

                     Partage ses doutes et plaisirs,

                     Incertitudes qui ne sauraient être davantage en son habitude,

                     Dévoile-t-il en ces jours l’éternité de son amour,

                     L’envie d’écrire ne peut mentir,

                     Est-elle en conscience la rencontre de l’espérance et de l’être en son excellence,

                     En sa divinité qu’il sait un instant retrouver.



A l’épreuve du temps

                     Serions-nous tous à l’épreuve du temps,

                     Corps bateaux battus par les vents de souffrance,

                     Haut alors le mât de notre espérance,

                     Sur les flots des doutes vogue notre conscience,

                     Mais courte sera la traversée de la mer des jours,

                     Que jamais ne faiblisse la volonté de notre amour,

                     Fort tôt se dessinera l’horizon de l’éternité,

                     Pour notre coeur tout le mérite d’une destinée à l’oeuvre de son bonheur.



L’avantage de l’apparence

                     Combien de doutes en cette âme malgré de son corps sa beauté,

                     Tant de regrets clame son coeur,

                     Pourtant n’ignore-t-il son possible bonheur,

                     A chacun son parcours,à chacun le désir de son amour,

                     A chacun le défi de ces jours,

                     Pour cette âme l’avantage de l’apparence,

                     Qu’elle en tire le meilleur profit sur la voie de l’espérance,

                     L’existence est un don fort précieux pour notre éternité,

                     Notre conscience sait parfois ne point l’oublier. 



Humanité

                     Qui taira l’ignorance,

                     Qui rendra au seul passé la violence,

                     Qui ouvrira pour tous les portes de la connaissance,

                     Quand nos jours seront les seuls serviteurs de notre amour,

                     Quand notre intime sagesse permettra le partage des richesses,

                     Qui rendra à l’existence sa première noblesse,

                     Son identité originelle en toute sa divinité,

                     Quand serons-nous à l’oeuvre de la vérité,

                     Cette réalité sera digne de porter ce noble nom que la science du temps lui a donné,

                     Humanité.



Le précieux instant

                     Le précieux instant déchire le voile de la peur,

                     Pour notre coeur offre-t-il quelques heures de bonheur,

                     Le précieux instant ordonne aux doutes et regrets le silence,

                     Pour ce court présent est-il l’hôte de notre conscience,

                     Le passager fort aimé du véhicule de nos sens,

                     Le précieux instant surprend nos jours pour le plus grand plaisir de notre amour.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie