Mon ami,mon idole

                     Tu es parti trop vite mon ami,mon idole,

                     Toi le célèbre porteur de mille paroles,

                     Toi la voix,toi par ta musique entré en ma confidence,

                     Grande était ma confiance,

                     Sans toi je continuerai mon voyage sur les chemins de l’espérance,

                     Mais suis-je fou,ce qui fut un partage des plus sincères connaîtra son perpétuel,

                     Ton chant certes plus de ce présent est de tous les temps,

                     Puisse aucun regret,mon ami,mon idole,

                     Ne ternir la joie de ta vérité retrouvée.



Citoyen humain

                     Que de moyens peut se prévaloir l’humain,

                     Une république,aussi noble soit-elle,pour son citoyen,

                     Mais quelle richesse tout en partage pour l’ensemble de ses êtres,

                     Pour ces âmes en mal d’allégresse,

                     Nées en ces jours pour exulter leur amour,

                     Tentées de nourrir pour toujours une profonde sagesse,

                     Puisse enfin cette réalité être digne de sa mère éternelle,

                     Puisse enfin ce pays affirmer son esprit des plus fraternels.



La musique est magique

                     Quand soudain quelques notes offrent joie et plaisir en notre être,

                     Douce harmonie que traduit notre paraître,

                     La musique est l’envoyée du bonheur,

                     Devant sa prestance s’inclinent nos peurs,

                     La musique est un phare qui,pour les naufragés de l’existence,

                     Indique le rivage de l’espérance,

                     Qui pour le maître de son art est l’expression de sa conscience,

                     De son âme sa part la plus belle,la plus noble,

                     Quand s’exprime-t-elle sans plus de paroles,

                     Quelques notes ou les anges de l’éternité témoins de vérité en notre réalité.



Blessures d’enfance

                     Blessures d’enfance jamais ne se guérissent,

                     Combien d’années de cette existence avant d’alléger le poids de ces souffrances,

                     Pourtant la mémoire éternelle sait se départir des mauvais souvenirs,

                     L’amour,tôt ou tard,dévoile son éminente importance,

                     Du coeur ses essentiels plaisirs,

                     De l’expérience sa vérité sublimée,

                     Vivre alors serait résister,

                     Serait se battre pour prouver de son âme toute sa valeur,

                     A ce prix est le bonheur quand sans peur fut accordé le pardon,

                     Il n’est plus grande certitude pour notre être en ce temps compté,

                     Il faut vivre et aimer,

                     Taire ainsi et à jamais toute forme de regret.



Jouir à n’en plus finir

                    Jouir encore,jouir à n’en plus finir,

                    Jusqu’à taire le plaisir,

                    Que s’exprime pourtant le désir,

                    En vérité le plaisir de vivre,

                    Libérer cet amour en toute son éminence,

                    Rendre à ces jours tout l’utile pour notre conscience,

                    Offrir leurs couleurs à notre intime bonheur,

                    Dieu que notre être jouira plus encore,

                    Se taira le désir de la chair,cependant demeurera le plaisir en ce corps,

                    En cette âme même bien au-delà de la mort.



Le doute

                     Ainsi le doute nous fait avancer,à force d’habitude,vers la quête des certitudes,

                     Pourquoi serions-nous en ces jours si nous savions tout de notre amour,

                     Le doute est enseignant de l’espérance,

                     L’existence alors support de sa science en notre conscience,

                     L’être trop sûr du tracé de son chemin ignore tout le particulier de son divin destin,

                     Près de chacun,en cette réalité,le doute dévoile l’exigence de son éternité. 



Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie