Toi mon père

                     Toi mon père,

                     Toi que seul être de mon temps son hier,

                     Des saisons n’es-tu que l’hiver,

                     Ne peux-tu être d’un si bel été sa divine lumière,

                     Comment te poser en mon coeur moi qui ignore jusqu’à ton visage,

                     Saurons-nous nous reconnaître au terme des âges,

                     Pourtant je ne peux admettre que je sois pour toi que source de mille regrets,

                     Le pardon est si fécond,

                     Ton absence n’est-elle qu’inconscience,

                     Mais enfin quelle importance,

                     Je vis et j’aime,ma famille,point toujours celle du sang,est unie par ce lien sans fin,

                     Car éternel est l’amour,

                     Toi l’inconnu,toi mon père,

                     Ô combien j’espère qu’il anime tout aussi tes jours.



Laisser un commentaire

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie