Les deux êtres unis

                     Quand l’homme saura son féminin,

                     Quand la femme saura son masculin,

                     Que divin sera le destin de l’être humain,

                     Les deux pôles de cette réalité rendront toute éminence à leur éternité,

                     Honoreront l’amour guide en leur coeur,

                     Les deux êtres unis,fort loin des souffrances,

                     En toute pureté retrouvée en conscience,

                     Vivront pour toujours l’indicible bonheur.



L’ascension de nos pensées

                     Au-delà des effluves de cette réalité l’ascension de nos pensées,

                     Vers l’éternité supporteront-elles notre vérité,

                     Ou vers quel amour croisé en ces jours sauront-elles affirmer leur toujours,

                     L’existence est bien plus que l’évidence de nos apparences,

                     Notre esprit en permanence à la recherche de sa divine origine,

                     Sèment les graines de ses doutes ou de ses folies incomprises,

                     Est si vaste ce champ du temps et ses annales,

                     En l’éternité s’épanouiront les fruits de nos pensées,

                     Notre être alors tout au plaisir de comprendre qu’il n’est l’enfant du hasard,

                     Sera semeur des plus sincères,des plus humbles pensées.



Mère de mon enfance

                     Mère de mon enfance pourquoi ce combat en ma conscience,

                     Tu me guidais sur le chemin de l’espérance,

                     En ce présent je ne suis que soutien en ta souffrance,

                     Je reçois les mots de tes doutes,

                     J’entends la folie de tes incertitudes,

                     Je vois grandir ta solitude,

                     Que doit être l’amour de ma présence,

                     Pour tes derniers jours bien plus que ta seule descendance,

                     Ma mère,au fond de mon coeur,

                     Sais-je que nous sommes deux âmes soeurs destinées à rejoindre un même éternel bonheur,

                     Puissent nos regards croisés se confier cette éminente vérité.



Saluez le temps et ses jours

                     Saluez le temps et ses jours,

                     Sont-ils le voeu de votre amour,

                     Ainsi vivez et aimez,

                     Pour tant d’espérance aurez-vous la reconnaissance de votre éternité.



Amour perdu

                     Amour perdu ailleurs se retrouve,

                     Notre coeur sait ne perdre le fil du bonheur,

                     Quoi que dise le doute,la passion peut renaître en ces jours,

                     L’amant d’avant rejoint le temps et ses annales,

                     Quand l’ami surprise étonne l’âme,

                     L’amour alors retrouve ses précieux atours,

                     Réenchante le présent de l’existence,

                     Où nul regret n’entrave plus la voie de l’espérance,

                     Sera-t-il ce frère de coeur,sera-t-elle cette âme soeur,

                     La vérité marie toujours les êtres retrouvés,

                     Unis par un voeu mentionné en l’éternité.



N’aie peur

                     N’aie peur,va vers ton bonheur,

                     Ces jours feront la richesse de ton amour,

                     Ils sont la volonté de ton éternité,

                     Ne trahis ce voeu premier,

                     Cette éminence en ta conscience,

                     Tais ces réticences,ne vois-tu l’horizon de l’espérance,

                     N’aie peur,nul ne meurt,

                     Chacun retrouve son excellence,

                     Par la voie de tant d’expériences,

                     Chacun redécouvre la vérité de sa propre divinité.



Cette réalité limitée

                     Il ne suffit de saisir les jours,

                     Faut-il les offrir à notre amour,

                     Nulle fin pour notre divin destin,

                     Cette réalité limitée est don de notre éternité,

                     A l’épreuve des souffrances se jauge notre spirituelle endurance,

                     A l’ampleur de notre bonheur s’évalue la valeur de notre coeur.



A toi mon semblable d’un ailleurs

                     A toi le semblable d’un ailleurs,

                     Là-bas as-tu laissé ton bonheur prisonnier des peurs,

                     Quand cessera la guerre des esprits délétères,

                     Des fous tueurs de leur amour,

                     Pour oublier ce passé ta volonté t’a posé sur la route des jours,

                     Mais ton chagrin n’est jamais loin,

                     Dans le noir de la nuit ne se retiennent plus tes pleurs,

                     Perdurent-ils encore en cet éveil bercé d’ignorance,d’inconscience,

                     D’insolence ou de bien d’autres souffrances,

                     Elles encore,mais sont-elles maîtresses sur cette Terre,

                     Faut-il,au péril de sa vie,traverser les mers pour retrouver un autre enfer,

                     A toi mon semblable d’un ailleurs je veux offrir l’abri de mon coeur.



Les sens cachés

                     A chacun le soin,la volonté de dévoiler les sens cachés,

                     Intime effort pour un précieux réconfort,

                     N’est-il folie de traduire la vérité de toute une éternité en cette réalité,

                     A chacun le soin de son bonheur pour assouvir la volonté de son coeur,

                     Pour lui,en ces jours,les sens cachés se proposent à son amour.



L’atelier des jours

                     En l’atelier des jours les êtres façonnent leur amour,

                     Ont-ils cette intime espérance,

                     Leur oeuvre rencontrera l’éternelle reconnaissance,

                     Pour tant d’humbles labeurs s’offrira un précieux bonheur en leur coeur,

                     Les ouvriers fort doués en cet atelier ont la mémoire d’un éminent passé,

                     D’une origine sans doute divine,

                     Ont-ils cette puissante particularité,

                     Savent-ils aimer.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie