Rire encore

                     Rire ou le repos de l’âme,

                     Le rire retient le temps,

                     Lui ce fou sans ambages,

                     Son passé à nos seules pensées,

                     Alors rire et faire sien ce présent,

                     S’offrir le plaisir de vivre,

                     Libérer ce coeur en quête d’absolu bonheur,

                     Grandir cette joie pour le plus intime émoi,

                     Jouissance en l’être que saura traduire le corps de ce paraître,

                     Rire ou exulter,sans retenue aucune,son amour en ces jours.



L’oeuvre de ta vérité

                     Sculpte la matière de ta volonté,

                     Naîtra l’oeuvre de ta vérité,

                     En ce vaste empire des ignorances libère tes sens,

                     Sois ce guide pour tes semblables vers leur probable,

                     En cet atelier des jours deviens l’interprète de l’amour,

                     Créateur de bonheur en nombre de coeurs,

                     Pour la divine allégorie seras-tu artiste en cette vie.



L’âme inconnue

                     Elle ne restera pas,

                     Elle ne sera même pas de passage,

                     L’âme inconnue s’en ira,

                     Qui étais-tu toi l’enfant que nous n’aurons pas,

                     Le temps n’offre point toujours ses jours,

                     Devons-nous le comprendre en plein coeur de notre amour,

                     Reviendras-tu,

                     Dieu que tu seras la bienvenue.



A toi mon frère

                     A toi mon frère,

                     Oui toi,point enfant de mes parents,

                     Toi mon ami d’hier et pour toujours,

                     Mon amour t’a fait membre de ma mémoire,

                     De cette réalité perpétuelle,

                     De ces jours une de leurs parts les plus belles,

                     Tu as rejoins trop tôt ta vérité,

                     Trop lourde était ta souffrance,

                     Les yeux de ton âme ne voyaient plus la lumière de l’espérance,

                     Mon bonheur pleure ton absence,

                     Pourtant mon coeur sait que reviendra le temps des réjouissances,

                     Pour les âmes unies à jamais les précieuses retrouvailles,

                     Car cette naissance et cette mort n’ont le privilège du don de vivre et d’aimer,

                     Oui mon frère,ensemble nous rendrons tout honneur à notre éternité.



Le temps et l’éternité

                     Le temps forme notre corps,

                     L’éternité forme notre âme,

                     Le temps enseigne l’espérance,

                     L’éternité inculque la résilience,

                     Le temps et sa science des jours,

                     L’éternité et tout le savoir de son amour,

                     Le temps et l’éternité ou les deux pôles d’une vérité toute vouée à notre divinité retrouvée.



Pourquoi cette urgence en ton existence

                     Pourquoi cette urgence en ton existence,

                     A ton temps offre la patience,

                     La lenteur a parfois le goût du bonheur,

                     Sans plus de pensées pour ses peurs,

                     Pour la divine ambition de son amour,

                     L’être paisible prend soin de ses jours,

                     Pourquoi cette urgence en ton existence,

                     Comprends que cette réalité est enfant de ton éternité,

                     Plus précieux seront tes souvenirs sans la folle nuisance de mille regrets.



Plus de blessures

                     Faut-il s’offrir la souffrance pour vaincre la désespérance,

                     Pourquoi brider ce coeur avide de tant de bonheur,

                     Au nom de l’amour parcourt-il ces jours,

                     Que ce paraître ne porte plus les habits des regrets,

                     Qu’il ait la prestance,l’élégance d’une noble conscience,

                     Libéré des doutes et des folles incertitudes,

                     Plus de blessures sur cet être soigné par les douces habitudes,

                     Lui qui a retrouvé,sur le chemin du temps,la vérité de son éternité.



Les fausses apparences

                     Les fausses apparences veulent guider les consciences,

                     Pourtant l’espérance dévoile le fol état de leurs âmes,

                     Maîtres du présent connaîtront-ils les regrets du temps venant,

                     Leurs faux sourires masquent le visage de leurs peurs,

                     Des doutes geôliers de leurs coeurs,

                     L’être à l’oeuvre de son amour ignore leur arrivisme,

                     L’esprit désespéré de leur cupidité,

                     Sait-il par les voix de son pur optimisme,

                     Lui riche de l’essentielle connaissance,

                     Ainsi la vérité inspiratrice de son évidence,

                     Qui trahit les jours de cette réalité connaîtra les regrets de son éternité.



L’astre flamboyant

                     L’astre flamboyant compte le temps,

                     Es-t-il d’un éternel présent,

                     Combien de fois son tour pour les saisons de tous ces jours,

                     Pour parfaire hors de sa lumière l’oeuvre de notre amour,

                     Bel astre de nos corps leur père,

                     Soyons si dignes de ton éminent symbole sur ce sol de notre mère Terre,

                     Es-tu cet inaccessible,

                     Ce premier aspect d’une divinité qu’il nous faut sans faillir mériter.



Dis-tu l’espérance

                     Dis-tu l’espérance,

                     Les erreurs au seul passé,

                     Pour l’avenir la fin des souffrances,

                     Les éternelles certitudes maîtresses en cette réalité,

                     Dis-tu les valeurs de l’intime sagesse,

                     Elle en chaque coeur impatiente d’une pure allégresse,

                     Dis-tu l’espérance,

                     L’amour parent de tous en conscience,

                     Bien au-delà des jours la divine destinée.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie