Le produit mortifère

                     Le produit mortifère est puissant,

                     Le traitant de la terre a de l’argent,

                     En vérité la riche compagnie,sa créatrice,est des sols son ennemie,

                     La science abominable offerte à la vie,

                     Ne sait-elle que la détruire,

                     Atteindre les êtres en plein coeur de leur paraître,

                     Combien de temps avant que les consciences sur lui jettent l’interdit,

                     Que cesse vite en nos jours,au nom de l’amour,

                     L’enfer du produit mortifère.



Nul maître

                      Nul être sur cette Terre ne peut être maître de son semblable,

                      Qu’il soit son guide,son frère d’âme,

                      La précieuse rencontre présentée par la providence,

                      Au plus près de l’évidence,sur le chemin de l’espérance,

                      S’affaiblissent les insolences,les folles arrogances,

                      Ou quand tout maître devient l’égal de son semblable,

                      En vérité,en l’éternité cesse toute différence,

                      L’oeuvre de l’amour,en toute sa divinité exprimée,

                      Sera révélée à toute destinée.



Lumière de novembre

                     Dieu que la lumière de novembre est précieuse,

                     Notre regard,pour notre coeur,doit en saisir chaque rayon,

                     Pour notre bonheur de grande valeur sont chacune de ses portions,

                     Sans du noble astre sa lumière s’éteint notre paraître,

                     Novembre est pauvre pour notre être,

                     Mais si riche pour notre conscience,

                     Car humble et sincère est notre appel à l’espérance.



La vie ne tue pas

                     La vie ne tue pas,elle accueille,elle enseigne,

                     Ses images nous seront perpétuelles car notre mémoire est éternelle,

                     Sa mort n’est une fin mais le retour vers notre vérité,

                     Vers notre divine identité,

                     Qui en doute sait si peu de son coeur,

                     Qu’il le retrouve et taise cette unique souffrance qui bride sa conscience,

                     Qu’il accorde à son intime joie la volonté de créer son bonheur,

                     Qu’il puisse enfin,en ces jours,parfaire l’oeuvre de son amour.



Seuls créateurs de regrets

                     Qu’avons-nous retenu du passé pour retrouver en notre présent ses erreurs,ses horreurs,

                     Reviennent,sans plus d’alerte en notre moderne société,

                     Esclavage,torture,viol et peuples entiers persécutés,

                     Au-delà de la belle Méditerranée l’enfer impose le règne de la peur,

                     Sommes-nous si loin de notre vérité pour ne mériter le nom d’humanité,

                     Quand ne serons-nous plus seuls créateurs de regrets pour notre éternité.



Dieu que j’aime mon pays

                     Dieu que j’aime mon pays,

                     Ses montagnes,ses plages et ses divers paysages,

                     Son peuple et ses nombreuses origines témoignées sur tous ces visages,

                     Dieu que j’aime mon pays et sa richesse multiculturelle,

                     En vrai,Dieu que son âme est belle,

                     Mon pays peut se déchirer mais toujours se retrouve-t-il sous les couleurs de la fraternité,

                     Au nom de la liberté jamais mon pays ne reniera son combat pour l’égalité,

                     Je veux croire mon pays enfant chéri de l’éternité.



Les précieuses rencontres

                     Les précieuses rencontres balisent notre chemin d’espérance,

                     En conscience éveillent-elles notre devoir d’exigence,

                     Quand en leur profonde sagesse nous indiquent-elles que rien n’est maladresse,

                     Quand seulement pour quelques mots deviennent-elles professeurs de notre coeur,

                     Les précieuses rencontres ne sont filles du hasard,

                     Pour notre amour en ces jours n’arrivent-elles jamais trop tard,

                     Notre intime bonheur fait fi des seules choses de ce temps,

                     A-t-il cette ambition née en son éternel présent.



Les esclaves du roi argent

                     Les esclaves du roi argent oublient jusqu’à leur ridicule,

                     Inutile à leurs certitudes devient leur habitude,

                     Ou quand les besoins d’une seule apparence couvrent l’appel du coeur,

                     Quand pleure avec toujours plus de peurs l’intime bonheur,

                     Les esclaves du roi argent se mentent,

                     N’entendent cette urgence en leur conscience,

                     Ne voient cette alarme en ce regard de leurs pauvres semblables,

                     Plus dur sera pour eux l’éveil de leur âme,

                     Quand cessera le rêve de leur monde fort illusoire,

                     Quand comprendront-ils que futiles auront-ils été à l’oeuvre de l’espoir.



Enfant de la lumière

                     Puisse l’astre de joie resplendir sur la planète de ton coeur,

                     Infini te paraîtra l’univers de ton bonheur,

                     Au diable tes incertitudes,

                     Que les doutes quittent ton habitude,

                     Que tes jours aient l’ambition de ton amour,

                     Pour l’éminente vérité de ton éternel que perpétuel soit ton éveil,

                     Ainsi tout l’utile de ce temps vers la gloire de ta divinité retrouvée.

                     Sois si fier,tu es enfant de la lumière.



L’ami de l’espérance

                     L’ami de l’espérance perdure son existence,

                     Grande et éternelle évidence anime sa conscience,

                     Ne sont que de passage les nuages des doutes en son ciel des certitudes,

                     Aucune peur ne saurait influencer ce bonheur fort de son habitude,

                     L’ami de l’espérance ne pleure son passé,

                     Sa sincérité,son humilité témoignent toute l’éminence de son éternité,

                     Son amour qui fait sienne la richesse de tous ces jours.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie