Les humbles labeurs

                     Combien d’humbles labeurs pour rendre formes à toutes ces richesses,

                     Exposées,portées par tant d’êtres en tout oubli de leur sagesse,

                     Sans autres pensées pour ces travailleurs de l’ombre,

                     Malgré leur anonyme,leur nombre fait la grandeur de ce monde,

                     Mais quelle importance quand le plus grand luxe en cette existence est d’aimer en toute liberté,

                     En toute sincérité pour l’éternel bonheur de son coeur,

                     Plus de labeur pour qui oeuvre son amour en ces jours sans aucune peur,

                     Et grandit sans cesse son intime richesse.



Discipline

                     Discipline te savons-nous si utile,

                     Tes punitions ne seraient-elles fort futiles,

                     Créatrices de souffrances que ne saurait que faire notre conscience,

                     Pourtant quand si juste es-tu,tu nous guides sans faillir sur le dur chemin de l’existence,

                     Ton exigence,alors,serait le meilleur allié de notre cœur,

                     Toujours en quête d’évidences pour le sublime de son éternel bonheur.



Bien vieillir est un savoir-vivre

                     Ainsi bien vieillir est un savoir-vivre,

                     Parce que chaque instant de ce temps est un diamant,

                     Evaluons la valeur de chaque jour nouveau,

                     Comprenons que sous les cieux éternels notre amour est un joyau,

                     La vieillesse est servante de la sagesse,

                     Quand le corps ralentit sa cadence,

                     L’âme contemple mieux l’espérance,

                     Paradoxe des paradoxes quand la mort se fait évidence,

                     Mais plus de peurs dans le coeur de l’être qui a tant compris de l’existence.



L’auteur de souffrance

                     Qui inflige la souffrance se crée un gouffre de regrets,

                     Tombe-t-il déjà,lourde sera sa chute,

                     Pire,des doutes,pour fort longtemps,est-il le prisonnier,

                     Devra-t-il renaître,vers l’espérance tourner son être,

                     Son pardon sans valeur,son souvenir en seule horreur,

                     Quand les témoins de son inconscience ne veulent que son oubli,

                     Seul,oui seul se retrouve l’auteur de souffrance tout à son péril.



Vivre est choisir

                     Chacun est sagesse,chacun refuse cette évidence,

                     Chacun est voué à pure allégresse,chacun s’égare sur le chemin de l’espérance,

                     Vivre est choisir,souffrir et rendre tort à la mort,

                     Taire les élans de son coeur ou s’élever encore vers l’éternel bonheur,

                     En vérité,chacun est amour,

                     Puisse chacun retrouver de son être sa divine éminence en ses jours.



Vers toute contrée de son coeur

                     L’être si sûr de l’éternité de son bonheur,

                     Voyage sans peur vers toute contrée de son coeur,

                     Aussi puissante pourrait être la souffrance,

                     Jamais il ne se perd sur le chemin de l’espérance,

                     Infaillible est son guide nommé amour,

                     En vérité,maître en sa conscience qu’il retrouve sans peine en ces jours,

                     En cette existence toute vouée à son excellence,

                     Comprend-il ce temps telle l’étude des divines certitudes.



En quête de sagesse

                     Progresse l’être en quête de sagesse,

                     Chaque jour lui est une richesse,

                     Si conscient de l’éternité de son amour,

                     Profonde est son allégresse,

                     Son pardon,sa compassion,enfants de son coeur,

                     Ou seraient-ils,en vérité,parents de son divin bonheur.



Terre promise

                     Terre promise j’arrive,

                     Beau pays tout baigné du soleil de l’espérance où je poserai les souvenirs de ce temps d’existence,

                     Si doux sera le repos de mon amour en l’éternel de tes jours,

                     Terre promise j’arrive,

                     Pourtant aurai-je le mérite de la sagesse retrouvée,

                     Serai-je porteur de sincérité,témoin d’humilité,

                     Terre promise j’arrive,

                     Mais la course du temps me promet encore nombre de présents,

                     Souffle toujours dans les voiles de ma volonté,du radeau de ma destinée,

                     Le vent d’exigence avant d’atteindre ton divin continent.



Toi qui es né

                     Toi qui es né qu’attends-tu pour vivre,

                     Lève ton envie et aime tes jours,

                     Oeuvre sans fin par le sublime de ton amour,

                     Qu’importe ton apparence sur le chemin de l’espérance,

                     Cette existence évalue ton exigence,

                     L’ampleur de ta vérité sous les cieux de cette réalité,

                     Toi qui es né qu’attends-tu pour honorer ton éternité.



Le seul échec

                     En vérité,le seul échec que nous pourrions rencontrer,

                     Serait des volontés de notre coeur y avoir renoncé,

                     Qui n’a renié son amour en ces jours a réussi son examen de vie,

                     A offert nouvelle sagesse à son éternelle allégresse.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie