Je suis un voyageur du temps

                     Je suis un voyageur du temps,

                     Je visite tous les présents,

                     Mais un jour je poserai pour toujours les bagages de mon amour,

                     Ma vérité se délectera de toute sa divinité retrouvée,

                     Je suis un voyageur du temps,

                     Le juste combattant de ses inconstances,

                     J’emplis mon coeur de mille et mille couleurs pour mon éternel bonheur,

                     Je sais tant,maintenant,que je ne me mens,

                     En cette réalité,en cette densité j’assemble toutes les parties de mon harmonie,

                     La science de l’espérance n’est qu’excellence,

                     N’est que prodigieuse importance pour notre conscience,

                     Doutes et regrets je vous reconnais,j’ose dire je vous aime,

                     Vous êtes ma mémoire,vous êtes mon savoir,

                     Mes guides,mes idoles sur tous ces chemins de mes destins,

                     Je suis un voyageur du temps et je prends mon temps,

                     Vivre est saisir le moindre plaisir,est aimer sans faillir,

                     Sans trahir cette âme sensible au moindre mal,

                     Le voyage des jours part de l’amour pour rejoindre l’amour,

                     Je suis un voyageur du temps qui quitte son innocence pour retrouver sa perpétuelle enfance.



La folle addiction

                     La folle addiction nous entoure de ses chaînes en toute douceur,

                     Lentement mais sûrement en toute amitié acquise de notre intime bonheur,

                     La folle addiction alors maîtresse des plaisirs,

                     Sur tout autre exerce son emprise,

                     Reine des reines en ce royaume des sens,

                     De jour en jour se voile l’horizon même de l’espérance,

                     Quand geôlière de notre amour révèle-t-elle l’évidence en notre conscience,

                     Dieu,alors,nous faut-il combattre la folle addiction sans réticence,

                     Du corps libéré des fausses envies naît pour l’âme la saine jouissance de l’existence.



Le divin au chevet de ton destin

                     Tu appelles le divin au chevet de ton destin,

                     Mais il est là,il est en toi,

                     Comme il a nourri ton hier,il nourrira ton lendemain,

                     Parent de ton éternel bonheur,s’ennuie-t-il de tes peurs,

                     Chasse tes regrets,ouvre-toi à l’espérance,

                     Déjà devineras-tu le divin à l’oeuvre de ton destin,

                     Ton amour seul guide de ta conscience.



Le pouvoir de tes pensées

                     Sais-tu le pouvoir de tes pensées guidées par ta sincérité,

                     Protégées par ton humilité,

                     Alors précieuses confidentes de ta vérité,

                     Sublimeront-elles ton amour au sein de tes jours,

                     Tes pensées vers la lumière ne comptent les heures du temps,

                     Libérées de tes peurs,

                     Emancipées de tes regrets rencontrent-elles ton éternel présent,

                     Tes pensées alors émerveillées éveilleront ton éternel bonheur.



Chantons les jours

                     Ephémères sont les jours mais éternel est notre amour,

                     Lui notre coeur,notre vérité,

                     Par lui notre bonheur,notre félicité,

                     Chantons les jours sur la divine mélodie de notre amour.



Seul,mais tu n’es seul

                     Seul,mais tu n’es seul,

                     Quel autre être au-delà de ton paraître,

                     Es-tu vivant en ce vaste monde de vérité,

                     Immensité où aiment se perdre tes pensées,

                     Ont-elles l’éternité pour se retrouver,

                     Pour ton meilleur,pour ton bonheur,te sublimer,

                     Seul,non tu n’es seul en ces jours seuls juges de ton amour.



Où te mène l’espérance

                     Où te mène l’espérance ton savoir retrouve sa mémoire,

                     Telle une ancestrale connaissance garante d’une éternelle évidence,

                     En vérité pour ton coeur son bonheur,

                     Comprends que vivre ces jours est enrichir son amour,

                     Le passé rendu au présent permet de lever un voile du corps de notre propre divinité.



Ce qui doit apparaître apparaît

                     Ce qui doit apparaître apparaît,

                     Ce qui n’apparaît pas attendra,

                     Le hasard n’existe pas,

                     Ainsi la danse des êtres,

                     Le rythme du temps sur la mélodie de l’éternité se fout des incertitudes de cette réalité,

                     La mère de nos pensées est de toute vérité,

                     Malgré les peurs,malgré les doutes,nos destinées rejoindront toujours leur divinité.



L’artiste de la joie

                     Vivre alors ou retrouver son intime connaissance,

                     Offrir aux jours la divine science de notre amour,

                     L’artiste de la joie dévoile l’art du partage,

                     Le sens inné de son coeur pourvoyeur de bonheur,

                     Tout l’extraordinaire d’un savoir fait de pardon et de compassion.



Tes pures pensées

                     Sais-tu le pouvoir de tes pensées à l’apogée de leur félicité,

                     Offrent-elles pure harmonie à ce que tes sens encensent,

                     Tes pures pensées ou l’action de l’éternel amour en ta conscience,

                     Quand ton corps alors se fait témoin de ton âme,

                     Que demeurent sincères et humbles tes pures pensées,

                     Elles te guideront sans trahison vers le plus absolu de ta destinée.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie