Toi qui ne fus que de passage

                     Qu’es-tu devenu toi qui ne fus que de passage,

                     Puisses-tu n’être de la souffrance son otage,

                     Puisse la solitude n’animer ton habitude,

                     Tu n’étais l’ami,que le compagnon de quelques jours en cette vie,

                     Pourtant mon âme t’accordait grand respect,

                     Suis-je responsable d’avoir perdu trace de ton être,

                     Mon passé refuse ton oubli,

                     Entends-tu alors mes pensées,

                     Qu’elles te soient d’un si précieux soutien,

                     L’étonnante surprise accordée par les années,

                     Ainsi la force des prières pour les consciences demeurées si humbles,si sincères,

                     Nul hasard pour les âmes qui se retrouvent,

                     Qui se reconnaissent sur le vaste chemin de l’espérance.



Ris à la vie

                     Ris à la vie,

                     Déploie ton énergie,

                     Sanctifie ton harmonie,

                     Quand elle sera reine sur ton paraître,

                     Vers sa gloire se rendra ton être,

                     Sauras-tu ton éternité à l’oeuvre en cette réalité,

                     En vérité ces jours ont l’ambition de révéler son divin à ton amour.



Une fleur et tout me revient en mémoire

                     Une fleur et tout me revient en mémoire,

                     Ses parfaites couleurs et je retrouve mon savoir,

                     Choses d’un perpétuel bonheur posées là en nos jours,

                     Douces fleurs,êtes-vous guides de notre amour,

                     Le temps vous est vite compté,

                     Pourtant sait-on à jamais que vous reviendrez,

                     Pour notre conscience,par votre splendeur,le message de l’espérance,

                     Nul ne meurt,chacun revient à la réalité de son éternité.



Le semeur récolte toujours

                     Le semeur récolte toujours,

                     Ce qu’il a semé avec amour rendra les graines de l’amour,

                     Ce qui fut semé avec négligence rendra les graines de l’inconstance,

                     Les grandes moissons de cette réalité emplissent le grenier de l’éternité.



La vaste empreinte de ton passage

                     Si ton passage laisse une vaste empreinte sur le chemin de tes jours,

                     L’éternelle mémoire rendra hommage à ton amour,

                     Tout honneur sera rendu au passé de ta conscience,

                     Pour tant de fidélité à l’espérance,

                     De précieuses énergies déployées par tes pensées,

                     Pour être demeuré sans faillir le disciple de la vérité,

                     Tes semblables retrouveront la valeur de ton âme,

                     Grand bonheur animera ton être en son état illuminé.



Va la vie,va l’amour

                     Va la vie,va l’amour,

                     Comme définie par l’infini la course des jours,

                     Nos sens tous voués à l’espérance enseignent notre conscience,

                     Tel est le sens de cette existence,

                     Notre être en quête de vérités forge sa personnalité,

                     Pour son éternité ces sommes de sincérités et d’humilités,

                     Foin des arrogances,des inutiles violences,

                     Enfin pour sa divinité retrouvée son passé l’honore,

                     Va la vie,va l’amour,

                     Pour chacun la découverte de son intime trésor.



Quand l’Homme est Homme

                     Quand l’Homme est Homme nulle nation ne bride l’élan de son coeur,

                     De l’amour sont ses valeurs,

                     Pour ses jours,malgré les peines et souffrances,

                     Le pays éternel,déjà divin,de son intime bonheur,

                     Quand pour son âme,comme pour chacun de ses semblables,

                     L’ennemi se nomme violence,

                     Esprit guerrier en combat permanent contre l’espérance.



L’abeille se meurt

                     L’abeille se meurt,

                     L’Homme est un tueur,

                     L’abeille partie pour l’Homme cessera la vie,

                     Qu’il en prenne conscience,

                     Qu’il rencontre l’éminente évidence,

                     Sans quoi  sur ses jours,pour longtemps,tombera la nuit,

                     En son âme,le regret ultime d’avoir trahi de son amour son voeu éternel de paradis.



De la vengeance son inutile

                     Sais-tu de la vengeance son inutile,elle te bride,

                     Longue peut être son emprise,

                     Elle est de ton passé,chasse-la de ton avenir,

                     Tu as les armes de la persévérance,

                     Les outils de l’espérance,

                     Sois le seul soldat de la joie,

                     L’artisan fort doué empli de sérénité,

                     Loin de toi la vengeance pour tout l’honneur de ton éternité.



Guérissez-vous de vos peurs

                     Saurez-vous guérir de vos peurs,

                     Saurez-vous enfin être dignes de votre éternel bonheur,

                     Apprenez de ces jours leur science de l’amour,

                     L’exigence est mère de connaissance,

                     La volonté guide vers la vérité,

                     Oui vivez et aimez,

                     Débarrassez votre être de tous ses regrets,

                     Enrichissez vos souvenirs des plus précieux plaisirs,

                     Guérissez-vous de vos peurs,

                     Serez-vous dignes de votre éternel bonheur.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie