Toi qui ne fus que de passage

                     Qu’es-tu devenu toi qui ne fus que de passage,

                     Puisses-tu n’être de la souffrance son otage,

                     Puisse la solitude n’animer ton habitude,

                     Tu n’étais l’ami,que le compagnon de quelques jours en cette vie,

                     Pourtant mon âme t’accordait grand respect,

                     Suis-je responsable d’avoir perdu trace de ton être,

                     Mon passé refuse ton oubli,

                     Entends-tu alors mes pensées,

                     Qu’elles te soient d’un si précieux soutien,

                     L’étonnante surprise accordée par les années,

                     Ainsi la force des prières pour les consciences demeurées si humbles,si sincères,

                     Nul hasard pour les âmes qui se retrouvent,

                     Qui se reconnaissent sur le vaste chemin de l’espérance.



2 commentaires

  1. 010446g 29 mai

    Question sans réponse…
    Très bonne soirée à toi

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Subtil ou futile

    Répondre

  2. leblogdelpapet 1 juin

    « Puisses-tu n’être de la souffrance son otage » ne relève pas d’une prière de passage…

    Dernière publication sur Leblogdelpapet : C’est cuit pour les beaufs !

    Répondre

Laisser un commentaire

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie