Pardonne,ton coeur l’ordonne

                     Pardonne,ton coeur l’ordonne,

                     Offre ta compassion,ton être et ton âme alors à l’unisson,

                     Résous-toi à ta joie,aussitôt te quitteront tes démons,

                     Libéré est l’apôtre de la vérité,

                     Infini est son pouvoir d’aimer.



Elle la grande et noble

                     La grande âme,malgré la souffrance,

                     Est demeurée droite sur la route de l’espérance,

                     A accordé le pardon à ses bourreaux,

                     Tout l’honneur de sa compassion à ses plus faibles semblables,

                     De son temps jamais le héros,

                     Mais le guide précieux pour tant d’humbles âmes,

                     Elle la grande et noble,

                     Rebelle car en son coeur si éternelle,

                     Que demeure si vivace en nos mémoires son oeuvre fraternelle.



Vous ne choisirez mon bonheur

                     Frères,soeurs,vous ne choisirez mon bonheur,

                     Oh mes chers parents,je ne suis plus de mon enfance,

                     Mon ami,mon amant,je ne suis plus seule chose de ta jouissance,

                     Au coeur sa seule conscience,

                     Sa profonde évidence d’entendre l’espérance,

                     Sa liberté de ne trahir son éternité en cette réalité.



Le rêveur

                     Le rêveur entend son coeur,

                     Il entreprend l’avenir de son bonheur,

                     Le rêveur n’est ailleurs mais en la réalité de son éternité,

                     Près de la source de son amour où est né ce désir fou,

                     Ce voeu puissant de renaître en ces jours,

                     Le rêveur sait vivre en ce présent et son temps comme pour toujours.



Le silence

                     Le silence,sans mot aucun,atteint la conscience pour qui sait entendre son évidence,

                     Nul hasard en ce qu’il propose à nos sens,

                     Quand notre corps tout à son repos laisse son âme en son éternité retrouvée,

                     En dialogue profond avec l’espérance,

                     Le silence ou l’offrande du temps à ce coeur avide du plus pur bonheur.



Evalue ta richesse

                     Evalue ta richesse au peu qui nourrit ton allégresse,

                     Plaisirs futiles mais pour tes pensées fort utiles,

                     Sont-ils que quelques mots,un sourire,une fleur,

                     Un merci,un conseil,un partage,un doux regard,

                     Une inédite lueur qui surprend notre coeur,

                     Sans aucun choix de l’heure se révèle notre bonheur.



Le mal est voué à devenir bien

                     Le mal est voué à devenir bien,

                     Mais long sera son chemin,

                     Faut-il semer terreur avant d’être apôtre du bonheur,

                     Le dictateur serait un être ancré dans les peurs,

                     Faut-il considérer que chacun fut tortionnaire en cette existence,

                     Ainsi pour tous la danse des jours pour rendre évidence à cet amour,

                     A cette origine divine en chaque conscience,

                     Que notre mal ne soit plus que du passé,

                     Enfin glorieuse nous sera notre éternité.



Qu’ils meurent

                     Qu’ils meurent,

                     Qu’ils tombent au fond de cette immensité bleue,

                     De cette mer ils ne verront notre terre,

                     Laisserons-nous nos politiques à l’oeuvre de leur aspect le plus sadique,

                     Si nos voix ne s’élèvent pour les vies en danger de nos semblables,

                     Que pitié pouvons-nous avoir pour nos âmes.



Peine et misère

                     Peine et misère,

                     Ceux qui ne vous nomment ne vous connaissent,

                     Leur richesse fait le nid de leur paresse,

                     Plus grande encore pourrait être leur allégresse,

                     Les jours faciles ne seraient être inutiles à l’oeuvre éternelle de l’amour,

                     Tous au travail de sa divine ambition,

                     Peine et misère quitteront ce temps alors devenu fort plaisant,

                     Mais dès ce présent,

                     Que ceux qui ne les nomment n’ajoutent regrets en leurs coeurs désespérément pauvres,

                     Sans bonheur car sans pures pensées pour tout autre.



La vérité

                     La vérité,

                     Cette belle infinie,cette indicible,

                     Cette éternelle,

                     Sans doute est-elle fraternelle,

                     De la liberté sa soeur jumelle,

                     La vérité,

                     Reine mère de nos pensées.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie