Le mal est voué à devenir bien

                     Le mal est voué à devenir bien,

                     Mais long sera son chemin,

                     Faut-il semer terreur avant d’être apôtre du bonheur,

                     Le dictateur serait un être ancré dans les peurs,

                     Faut-il considérer que chacun fut tortionnaire en cette existence,

                     Ainsi pour tous la danse des jours pour rendre évidence à cet amour,

                     A cette origine divine en chaque conscience,

                     Que notre mal ne soit plus que du passé,

                     Enfin glorieuse nous sera notre éternité.



Qu’ils meurent

                     Qu’ils meurent,

                     Qu’ils tombent au fond de cette immensité bleue,

                     De cette mer ils ne verront notre terre,

                     Laisserons-nous nos politiques à l’oeuvre de leur aspect le plus sadique,

                     Si nos voix ne s’élèvent pour les vies en danger de nos semblables,

                     Que pitié pouvons-nous avoir pour nos âmes.



Peine et misère

                     Peine et misère,

                     Ceux qui ne vous nomment ne vous connaissent,

                     Leur richesse fait le nid de leur paresse,

                     Plus grande encore pourrait être leur allégresse,

                     Les jours faciles ne seraient être inutiles à l’oeuvre éternelle de l’amour,

                     Tous au travail de sa divine ambition,

                     Peine et misère quitteront ce temps alors devenu fort plaisant,

                     Mais dès ce présent,

                     Que ceux qui ne les nomment n’ajoutent regrets en leurs coeurs désespérément pauvres,

                     Sans bonheur car sans pures pensées pour tout autre.



La vérité

                     La vérité,

                     Cette belle infinie,cette indicible,

                     Cette éternelle,

                     Sans doute est-elle fraternelle,

                     De la liberté sa soeur jumelle,

                     La vérité,

                     Reine mère de nos pensées.



Ami musicien

                     Ami musicien,prince du rythme défiant la mort,

                     Ta liberté m’appelle chez les tiens,

                     A ton image secouons nos corps,

                     Que demeurent vivaces nos âmes,

                     A ta suite,comprenons que vivre est s’offrir aux jours en tout respect de notre amour,

                     Ami musicien,ton impertinence anime nos consciences,

                     Tu joues,tu jouis en tout honneur de notre commune espérance,

                     Merci pour le don de tes dons.



Le temps de la contemplation

                     Prendre le temps de la contemplation,

                     Sur toute chose de ce présent prêter son attention,

                     Pauser les heures pour un instant de bonheur,

                     Hors du corps,de ses doutes ou sa souffrance,

                     Que s’extasie cette conscience en mal d’espérance,

                     Au-delà des couleurs les sens se libèrent des peurs,

                     Quand contempler cette réalité est trouver chemin vers son éternité.



Que veut exprimer ton être

                     Que veut dire ton âme,

                     Que veut exprimer ton être,

                     Libère ton coeur,

                     Que se forment les pensées de ta vérité,

                     Pour aimer es-tu né,

                     Ne trahis cette première volonté,

                     Sors ces mots qui dévoileront ta face cachée,

                     Ta réelle personnalité,

                     Seras-tu si surpris qu’elle resplendisse au soleil de ton bonheur,

                     Oui sois l’être si heureux en son paraître,

                     Âme légère voguant sur les flots des jours sans regret et sans peur.



Offre-toi l’harmonie

                     Offre-toi l’harmonie,

                     Rends ton être,toute âme ouverte,à la vie,

                     N’oublie le moindre précieux instant de ce temps,

                     Etait-il passion,compassion ou pardon,

                     Toujours sera-t-il alors amour,

                     En vérité n’oublie de vivre,

                     Puisses-tu au terme de cette existence affirmer ton éminence,

                     Etre ce bienheureux sans plus de regrets et doutes en sa conscience,

                     En toute divine harmonie son âme ouverte à l’éternelle vie.



Ne verse plus ton poison

                     Tu t’obstines à semer ton pesticide,

                     En silence grandira ta souffrance,

                     En longs regrets pour ta vieillesse avide de sagesse,

                     Ou en permanente dysharmonie au coeur même de tes cellules,

                     Que solitude t’offrira ton habitude,

                     Ne verse plus ton poison,

                     De tous auras-tu le pardon.



Handicapé ou d’une superbe santé

                     Handicapé ou d’une superbe santé,

                     A chacun l’étonnant de sa destinée,

                     A l’un le courage de surmonter la souffrance,

                     A l’autre le défit de ne devenir l’esclave de l’insolence,

                     Chacun gardera les leçons de l’existence,

                     Enrichira un savoir que ne reniera son amour,

                     Pour tous la sagesse,comme une ultime richesse,des jours.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie