Nous étions et nous serons encore

                     Ainsi donc nous étions et nous serons encore,

                     Ces jours ont vocation de rendre notre amour plus fort,

                     Nos passés font la grandeur de notre éternité,

                     Comprenons cette vibration,cette intime émotion,

                     Cette énergie toute en vie,

                     Cette vérité guide vers l’absolue félicité.



L’animal ami

                     L’animal ami nous attire vers nos envies,

                     Ouvre notre appétit de vivre,

                     Libère cet amour qui ne dévoile ses atours,

                     Eclaireur de notre intime joie offrons-lui toute notre reconnaissance,

                     Tout le plaisir témoigné par notre sourire,

                     Le merci de notre main sur le corps de son apparence,

                     L’animal ami ne quittera nos souvenirs,

                     En vrai est-il un de ces êtres privilégiés de notre destinée. 



L’injustice persiste

                     L’injustice persiste,

                     Le partage n’est encore de cet âge,

                     Qui dira de l’avenir son plaisir de vivre,

                     Quand le présent demeure esclave du roi argent,

                     Puissent enfin les enfants de l’espérance,pour ces jours venants,

                     Diriger ce monde par leur amour en pleine conscience.



Cet autre monde

                     A chacun le plaisir,le désir de retrouver cet autre monde,

                     Le pays de son origine,la vérité de son originel,

                     Bien loin de ces jours où est né notre amour,

                     Bien près de notre coeur qui n’oublie son premier bonheur,

                     Que joyeuse volonté guide nos pensées,

                     Qu’elle nous emmène sur les voies éternelles de l’espérance,

                     A chacun le pouvoir de dupliquer cet autre monde sur l’apparence de cette éphémère réalité,

                     De ce temps compté qui toujours retrouve son perpétuel présent. 



Chanson de mon enfance

                     Chanson de mon enfance rappelle-moi l’espérance,

                     Le providentiel de l’innocence,

                     L’essentiel de l’ignorance,

                     Quand pur plaisir était de découvrir,

                     Quand l’amour ne pouvait se retenir,

                     Quand chaque jour offrait ses couleurs,

                     Le secret de mille petits bonheurs,

                     Quand le temps ne se comptait qu’en saisons,

                     Quand tous les êtres semblaient chanter la vie à l’unisson.



Au bout de ses rêves

                     Qui veut aller au bout de ses rêves passe souvent pour un fou,

                     Un inconscient de l’espérance au sein des jours,

                     Un illuminé bien trop sûr de sa bonne étoile,

                     En vérité à l’amour rien n’est fatal,

                     Au bout de ses rêves le fou retrouve le désir de son éternité.



A la vérité nul n’échappera

                     A la vérité nul n’échappera,

                     Ce qui doit être sera,

                     Le temps prends son temps,

                     Additionne les présents,

                     Des passés fait-il toujours le bilan,

                     Pour chacun la chance de l’espérance,

                     Au bout de son chemin la vérité en toute sa divine éternité.



Revenu de la plus extrême souffrance

                     L’être revenu de la plus extrême souffrance endurée n’a nul regret,

                     Nulle vengeance en son cœur,

                     Il a survécu et salut la vie de nourrir encore et toujours son amour,

                     Son pardon à l’épreuve de ce passé si chargé recevra tout l’honneur de son éternité,

                     Sait-il plus que tous que vivre est aimer,

                     Est s’élever au-delà de toute ignorance,

                     Guidé par l’espérance vers le sublime,

                     Le divin de notre vérité.



Vivre ces jours

                     Vivre ces jours ou rencontrer l’évidence,

                     Entendre en conscience les mots de l’espérance,

                     Malgré la souffrance,sa maladie,ses doutes et ses peurs,

                     Nul ne sera exclu de l’éternel bonheur,

                     Vivre ces jours ou redécouvrir,par forte sagesse,

                     L’originelle noblesse de notre amour.



Que la lumière soit

                     Que la lumière soit,

                     Que la vérité se traduise en toute parole,en nos mots,en tous nos maux,

                     Malgré la souffrance que s’émancipe notre conscience,

                     Jouisseur de tout plaisir ou pourfendeur de tout désir,

                     Que chacun trouve sa voie,à sa façon,à sa manière,

                     De l’honneur son provocateur ou de l’évidence son docteur,

                     Que chacun illumine les jours de cette existence,

                     Honore l’amour maîtresse de notre espérance.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie