Immortel

                     Immortel est notre être,

                     Eternelle est notre âme,

                     Combien de jours pour la reconnaissance de notre amour,

                     Aucun regret pour notre paraître,

                     Qu’un seul présent pour notre âge,

                     Ô la divine évidence quand immortels serons-nous en notre vérité retrouvée.



Les précieuses rencontres

                     Les précieuses rencontres nourrissent notre connaissance,

                     Ainsi l’utilité de cette existence,

                     Les précieuses rencontres nous sont présentées par l’espérance,

                     Entrent-elles dans le cercle vertueux de notre bonheur,

                     Sont-elles récipiendaires de notre honneur,

                     En nos jours d’un seul passage ou reconnues âmes soeurs,

                     Les précieuses rencontres dévoilent les plus nobles,seraient-ils si divins,

                     Atours de notre amour.



Près de la conscience

                     Près de la conscience une éternelle science,

                     Bienheureux est l’être qui en sa conscience entend toujours la voix de l’espérance,

                     Qui comprend alors de son amour sa divine évidence.



Le rêveur

                     Le rêveur connaît son bonheur,

                     Il s’offre les instants sans peur,

                     Il voyage pas si loin mais ailleurs,

                     Là où ses pensées rencontrent leur vérité,

                     Sans peine le rêveur retrouve son éternité.



Toi l’enfant de l’éternité

                     Cette réalité se propose à ta vérité,

                     Ne renie ce voeu de ta profonde volonté,

                     Ce pourquoi tu es né,

                     Dévoile ton amour toi l’enfant de l’éternité.



Nous avons la vie en héritage

                     Nous avons la vie en héritage,

                     Ayons cette évidence en partage,

                     Ne renions le plaisir de nos sens,

                     Eux qui marquent nos souvenirs de plaisirs intenses,

                     Tant de vibrations,tant d’émotions,

                     Tant de couleurs pour l’éternel de notre bonheur,

                     Oui la vie dès maintenant,en ce présent comme avant,

                     Comme toujours,ainsi l’exige notre amour,

                     Grande peut être l’exigence de notre souffrance,

                     Pourtant nous tairons les doutes,rendrons à l’oubli les regrets,

                     La vérité renaîtra en notre conscience,

                     Nous sommes enfants de la vie,nous retrouverons notre divinité.



L’émotion

                     L’émotion ou de notre âme sa réaction,

                     De nos pensées leur vérité,

                     Quand l’amour est trahi ou sublimé,

                     Quand la beauté est salie ou magnifiée,

                     L’émotion transmet à notre être le chagrin ou le bonheur,

                     D’une éternité touchée en plein coeur de sa divinité.



Quelques instants sans vérité

                     Suffit-il de quelques instants sans vérité,

                     D’abandon complet d’une conscience pour créer mille regrets qu’une vie ne suffira à effacer,

                     Supprimer son semblable du sein des jours est vivre tant et tant pour retrouver le divin de son amour.

                     Mais l’éternité offre à cet être torturé tout le pouvoir de l’espérance.



L’élève de l’espérance

                     Qui combat son ignorance enrichit sa conscience,

                     L’élève de l’espérance progresse son éternelle connaissance,

                     Le professeur du bonheur tient ses cours en notre coeur.



Le grand Homme et son oeuvre d’entraide

                     Le grand Homme est une grande âme,

                     Sa trace laissée guide encore tant de destinées,

                     Pour fonder cette oeuvre d’entraide était-il né,

                     Glorieux demeurera son passage,

                     L’institution enfant de ses décisions apaise les souffrances,

                     Soigne les corps et les coeurs par voie de conséquence,

                     Quand les esprits délétères sèment leur folle guerre,

                     S’impose en toute espérance,en toute reconnaissance,

                     Pour cette humanité toujours en quête de vérité,

                     Le grand étendard et son emblème rouge de ce sang qu’il est si fou de verser,

                     Le grand Homme l’aurait affirmé,

                     L’humanité doit cesser d’insulter son éternité.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie