Cesse de mourir

                     Cesse de mourir,

                     Comprends le perpétuel de ton avenir,

                     Au bout du chemin des jours,

                     L’éternité de ton amour.



Pour chaque un secret

                     Pour chaque un secret,

                     Pour tous la vérité de toute une éternité,

                     A chacun la volonté de percer son mystère sur cette Terre.



Âme en mal de vérité

                     Nulle expérience ne doit s’offrir aux regrets,

                     Vivre est recueillir mille erreurs,

                     Tout autant de bonheurs pour son amour,

                     Ne se perd jamais l’être qui se sait enfant des jours,

                     Âme en mal de vérité pour son éternité.



Le progrès de notre amour

                     Rien n’arrêtera le progrès de notre amour,

                     Pour lui le don de ces jours,

                     Rendons toute méfiance à l’ignorante vengeance,

                     Quand même la souffrance ne nuira à notre éternelle conscience.



L’oeuvre de nos pensées

                     L’existence ou l’art de poser en cette réalité l’oeuvre de nos pensées nées en l’éternité,

                     Enfants de l’amour à l’aventure des jours,

                     Sur les chemins de l’espérance à la poursuite de l’évidence,

                     Saurons-nous de nos rêves leur perpétuelle mémoire,

                     Tout l’art de leur ancestral savoir,

                     Par la force de notre conscience combattrons-nous les souffrances,

                     Serons-nous les méritants combattants dignes de recevoir la divine reconnaissance.



L’enfant éveilleur des consciences

                     L’enfant,sûrement grande âme,annonce l’urgence,

                     Combien lui accordent une sincère importance,

                     Combien demeurent en leur insolence,

                     En vérité leur ignorance,

                     Pourtant l’enfant ne se veut qu’éveilleur des consciences,

                     Prophète de l’évidence quand le temps n’est plus à l’espérance.



Ce peu qui m’accompagne

                     Ce peu qui m’accompagne n’est une montagne,

                     Il ne s’évalue,n’a de valeur que pour mon intime bonheur,

                     Ce bien des plus précieux s’en ira auprès de mon âme,

                     Hors des âges,de leurs regrets et peurs,

                     Pourtant mon amour se souviendra de ces jours.



Les éternelles certitudes

                     Que ne soit si nocive une possible solitude,

                     Les éternelles certitudes peuvent bousculer toute forme d’habitude.



Vivons et recevons

                     Vivons et recevons,

                     L’existence peut être richesse pour notre sagesse,

                     Pouvons-nous être violence ou insolence,

                     Tôt alors affronterons-nous la souffrance,

                     Saurons-nous les doutes et regrets,

                     Comprendrons-nous nos erreurs,

                     En vrai toutes nos peurs,

                     Recevrons-nous le pardon,

                     Tant de bras tendus pour nous tirer de l’abandon,

                     Vivons et recevons,

                     Chaque jour est un don pour notre amour.

 



L’éminente connaissance

                     Elle sera l’éminente connaissance,

                     Le temps te dira son importance,

                     Elle âme soeur,

                     Fidèle amie ou plus sûrement ton guide vers l’idéal bonheur,

                     Votre amour en partage se révélera éternelle évidence.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie