A nous l’initiative

                     A nous l’initiative,

                     A nous l’envie de boire l’eau vive,

                     De rendre utiles ces jours à notre amour,

                     A nous le courage de combattre ces regrets,

                     Ces folles peurs geôlières de notre éternel secret.



Le temps n’oublie

                     Le temps n’oublie,

                     Son passé oeuvre avec minutie,

                     Sera-t-il regrets,sera-t-il plénitude,

                     Sans faillir le temps s’empare de notre habitude,

                     Soyons les amants fort vigilants de notre présent.



De la mémoire commune

                     De la mémoire commune ses leçons,

                     Ses erreurs nées de la peur,

                     Mais que demeurent en nos souvenirs ses bonheurs,

                     L’amour à l’oeuvre au sein des jours,

                     De la mémoire commune l’évidence d’un seul choeur devant chanter l’espérance à l’unisson.



L’amour t’enseignera l’éternité

                     L’amour vaincra tes peurs,

                     L’amour retrouvera ton bonheur,

                     L’amour t’offrira le pardon,

                     L’amour dévoilera tous tes dons,

                     L’amour taira tes regrets,

                     L’amour sera maître en ta conscience,

                     L’amour t’enseignera l’éternité,

                     L’amour te guidera sans faillir vers l’espérance.



D’où je viens,où je vais,

                     D’où je viens,où je vais,

                     A chacun la recherche de son origine,

                     D’un amour mis au défit de ces jours,

                     Nul ne peut combattre ce fait,

                     Vivre alors et encore ou retrouver sa parenté fort divine.



L’enfant étonnant

                     L’enfant étonnant accuse,

                     Nous n’avons aucune excuse,

                     Le roi argent ne peut plus être seul maître de nos présents,

                     L’enfant étonnant interpelle nos consciences,

                     La chance d’être de cette existence se meurt sous le feu de l’urgence,

                     Oui,l’enfant étonnant ne cite même plus le mot espérance.



Qui n’abandonne son rêve

                     Qui n’abandonne son rêve,

                     Pour longtemps encore s’élève,

                     Vers sa gloire,

                     Vers son éternel savoir,

                     Où se complaît sa vérité au repos d’une intransigeante réalité.



Cette originelle joie

                     En notre moi cette originelle joie,

                     Quand élus par l’éternité nous fut octroyé la vérité,

                     Le droit pour notre amour de partir à l’aventure des jours,

                     Quelle joie,c’est certain,

                     Quand de l’écrin de notre âme resplendira notre divin.



Le bonheur

                     Le bonheur vite s’oublie,

                     Quand encore,pourtant,il se vit,

                     Que ne s’affaiblisse la conscience,

                     Qu’elle perdure le courage de l’espérance,

                     Qu’elle rende vive cette joie nourricière tout entière du bonheur.



Par le passé de nos aînés

                     Soyons enseignés par le passé de nos aînés,

                     Puissent leurs erreurs ne créer de nouvelles peurs,

                     Puisse leur bonheur éveiller notre honneur,

                     Notre vérité en toute son éternité,

                     De leur histoire un perpétuel savoir,

                     L’amour est maître des jours.



12

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie