Les images que retient notre enfance

                     Les images que retient notre enfance sont bénies d’innocence,

                     Reconnues par une vérité inconnue de notre adulte réalité,

                     Divines demeurent leurs couleurs,

                     Tel un éternel bonheur.



Ecrivons notre propre scénario

                     Cessons de jouer un rôle,

                     Celui si faux de notre égo,

                     Ecrivons notre propre scénario,

                     Inspiré par notre vérité,il sera de toute sincérité,

                     Il mettra à l’honneur notre humilité,

                     Il ne trompera nos semblables,

                     Il sera notre âme,

                     Interprétons notre amour sur cette vaste scène des jours.



Le passeur de mémoire

                     Tu entends le passeur de mémoire,

                     Tout son passé qui fait la richesse de son savoir,

                     Il a tant souffert,mais Dieu qu’il espère,

                     Ne s’atténue son plaisir de vivre,

                     Il compte ses derniers jours,

                     Mais il sait tant l’éternité de son amour,

                     Il dit la nécessité de ne jamais trahir la vérité,

                     De respecter sans faillir notre semblable,

                     Pour toute la grandeur,tout l’honneur de notre âme.



Qui étais-je,qui serai-je ?

                     Qui étais-je,qui serai-je ?

                     Quelle destinée pour mon être,

                     Quel choix divin pour mon âme,

                     Quelle importance,je suis l’espérance,

                     Je fuis les regrets,

                     J’apprends de mon passé,

                     L’éternité saura m’offrir toute sa vérité.



L’âme pleine de générosité

                     Ne fait jamais fortune l’âme pleine de générosité,

                     Mais qu’importe,sait-elle faire la richesse de sa vérité,

                     En l’éternité ce temps sera absent,oublié dans les annales du passé,

                     Quand son coeur,plus que jamais empli de bonheur,

                     Savourera tout l’acquis perpétuel de son amour,

                     Pour tant de générosité en ces jours.



Apprendre encore et toujours

                     Apprendre encore et toujours,

                     Pour nous s’offre la science des jours,

                     Pour notre âme cette vie et tout son charme,

                     Certes,fort tôt,viendra sa fin,

                     Il sera alors temps pour nous de retrouver notre divin.



Tant savent,tant prétendent

                     Tant savent,tant prétendent,

                     Tant commentent,

                     Tant jugent,tant condamnent,

                     Se savent-ils tant manipulés,

                     Interdits d’approcher la vérité,

                     Qu’ils s’accordent comme première importance l’éminence de leur conscience,

                     Pour cette autre et éternelle vérité en leurs pensées,

                     En leur être pour tout le bonheur de leur paraître,

                     Pour que perdure ce sourire témoin d’un fort précieux plaisir de vivre.



Quelle vérité sous la carapace de l’apparence

                     Quelle vérité sous la carapace de l’apparence,

                     Quelle souffrance qui ne dit le nom de son évidence,

                     Puisse l’espérance guérir toute conscience si mal en cette existence,

                     Au nom de l’amour,pour elle,la paix des jours.



Avril nous renoue avec le fil de la vie

                     Avril nous renoue avec le fil de la vie,

                     Le retour sans faillir des couleurs en nos jours,

                     De l’espérance en nos consciences,

                     De l’éternelle certitude pour le bienfait de nos habitudes,

                     La vie ne meurt,

                     Perpétuelle,comme en notre être,cet originel bonheur,

                     Notre esprit sans cesse créateur.



Demeure en nos jours l’humour

                     Demeure en nos jours l’humour,

                     Lui vaillant et permanent témoin de notre amour,

                     Son impertinence décline une valeureuse conscience,

                     Quand malgré la souffrance il perdure sa saine insolence,

                     Béni sois-tu porteur d’espérance,

                     Déclencheur de rire,

                     Apôtre fort précieux du sourire,

                     Serais-tu auprès de tes semblables le guérisseur d’âmes.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie