Raymond Aubrac

Raymond Aubrac dans histoire sans-titre4

 

Le vénérable avait l’expérience de ses convictions,

                         Tout bénéfice de cette jeunesse où il avait désobéi,

                         Telle l’âme pure de son épouse,

                         Il prit tous les risques,mit sa jeune existence en péril,

                         Pour empêcher l’emprise du fou de perdurer,

                         La liberté,une telle évidence en sa conscience,

                         Il lui était simplement inconcevable d’accorder la patience à ces ennemis de l’Oeuvre de vie,

                         Ses frères de fraternité ont fondé le conseil national de la résistance,

                         Pour mieux dire et instituer dès la victoire proclamée,

                         Les droits élémentaires de leurs semblables,

                         Mais aussi ces universels mots des droits de l’Homme.

                         Vénérable,tellement plus jeune en votre vieillesse,

                         Que bien de vos concitoyens en leur jeunesse,

                         Vous le passeur d’histoire,

                         Votre espérance,moteur de votre existence,

                         Est maintenant témoin de l’éternel.

               

                        



Dietrich Bonhoeffer

                        Dietrich Bonhoeffer dans histoire sans-titre2

 

                       Seul en cette folie dominatrice de son époque,de son pays,

                       Il criait sa liberté,la liberté,l’amour de son semblable,

                       Cet autre qui n’a de religion,qui n’a d’origine,

                       Simplement ce semblable,

                       Il savait ce fou à l’origine du nazisme,

                       Exécutant du diable,le mal personnifié,

                       Esprit infâme,qui n’oubliera avant la chute de son empire,

                       D’éliminer cette conscience pure,

                       Qui tôt avait découvert la bête immonde qui se cachait en lui,

                       Savait-il le fou,

                       Que l’éternité avait déjà sauvé l’âme parvenue de Dietrich Bonhoeffer.



Vaisseau de pierres

                       Vaisseau de pierres dans histoire imagesCAG1FA6ACathédrale du Mans.

                      

                       Elle en impose,

                       Majestueuse et symbolique,

                       En son prestigieux intérieur,toute la foi des hommes s’exprime,

                       Sur ses murs,des générations d’êtres doués,

                       Ont gravé,taillé,sculpté d’innombrables preuves du génie humain,

                       Elle attire la lumière,la restitue,

                       Comme si Dieu Lui-même avait voulu sa construction,

                       Avait inspiré ses architectes,

                       Pour saisir l’énergie des éléments,pour prouver sa grandeur,

                       Pour maintenir en l’innocente mémoire de ses créatures,

                       Un souvenir qui vaincrait le temps,

                       Pour perpétuer une foi,restituer une évidence,

                       Qui fait si souvent défaut en les consciences,

                       Incroyable vaisseau de pierres surgit de la terre,

                       Pour rencontrer le ciel,

                       La fusion magnifique de la mère nourricière,

                       Et du père protecteur.



L’histoire de l’humanité

                L'histoire de l'humanité dans histoire untitled6

                L’histoire de l’humanité est une succession d’influences d’un peuple sur un autre,

                D’une race sur une autre,

                Où la violence dénuée de tout appel à la conscience,est omniprésente.

                Celle-ci verra sa fin,combien de vies devrons-nous vivre pour voir cela,

                Le temps que l’Amour devienne une évidence,

                La grande utopie ou la folle espérance,

                Pourtant je veux y croire,

                Le destin des âmes n’est-il qu’elles deviennent parvenues,

                Le divin artiste sait prendre le temps,

                Dieu qu’il est lent,

                De terminer son Oeuvre,l’Oeuvre de Vie.



L’humble grand Homme

imagesca9b92i7.jpg                L’humble grand Homme servait son pays,

                Sa nation,dont il n’arrêtait les limites,

                Ses frontières,il les voulait qu’humanistes,fraternelles,

                Mais surtout,ô grande priorité en ses pensées,

                Sincères et loyales,

                Dieu qu’il exécrait la trahison,les faibles comportements,

                L’hypocrisie sans fin,visionnaire et finalement libre,

                De cette vraie liberté jamais naïve,réaliste,juste et exigeante,

                Pas même rétribué pour  son mandat républicain,

                Servir sa France était son devoir,était-il trop intransigeant ?,

                Sans doute non,car c’est cette exigeance qui fit de lui ce guide,

                Quand beaucoup se soumettaient à la bête nazie.



Tyran

images8.jpg                Ah tyran,

                Comprends-tu que tu n’es plus grand,

                Ces autres grands t’abandonnent,

                Nul doute que tu aimes ton peuple,

                Mais sa liberté,qu’en as-tu fait ?,

                Ta main ferme ne fait plus peur,

                Cette main que tu n’as su passer,

                Certes le tapis rouge,il y a encore peu,on te déroulait,

                Au sein même de la patrie des droits de l’Homme,

                Quelle insolence tu affichais,

                Que de liens inavouables tu entretenais,

                Ces contrats signés ne te protègent plus,

                Sont-ce ces nombreux morts victimes de ton despotisme,

                Qui fomentent une vaste et destructive énergie occulte à ton égard ?,

                Ce terrorisme fou que tu dirigeais,

                Fou est le mot,

                La folie t’a fait prisonnier,

                Et t’offre maintenant le bilan de tes actes,

                Tyran,quelle est la valeur de ton âme ?.

               



Le grand visionnaire de l’appel du 18 juin

images1.jpg                De Gaulle le visionnaire,

                L’insoumis,

                Puisqu’il s’agissait bien d’une soumission,

                Une soumission à la folie d’un despote ignoble,

                A un régime radical dont il subodorait sans doute l’ignominie,

                S’offrir à l’infâme nazisme,une pure folie,

                Dieu qu’il était seul au milieu de tant de veules,

                Dire la grandeur à défaut d’honneur de la France,

                Devenait sa quête  jamais bercée d’illusions,

                Car il avait une foi sans faille dans le destin unique de son pays,

                Il se savait devenu le porte-parole de la liberté,

                Porteur d’un message de fraternité,

                D’humanité,car il aimait l’Homme,ses semblables,

                Mais il exécrait la lâcheté,l’incompétence ou l’arrivisme,

                Homme sans concessions,il exigeait la noblesse de l’âme,

                Cette extrême exigeance était son arme essentielle,

                Détonateur du rassemblement unitaire qui terrassera le mal ultime,

                Destin unique pour un rôle primordial,

                Nous lui devons notre présent libre.

               

               

               

         

               



Soldat de la liberté

images45.jpg                L’heure H n’allait tarder à arriver,

                A quoi pensais-tu soldat de la liberté ?,

                Savais-tu que beaucoup mourront bientôt,

                Ou deviendront héros si la chance le décidait,

                Cette Europe tu allais la découvrir,

                Souvent mère de vos origines,

                Braves enfants du nouveau monde,

                Vous n’en aviez pourtant que faire,

                Mais le destin impose ses priorités,

                Car l’avenir exige la fin de la folie,

                Il ne peut être soumis au diktat d’un fuhrer détestable,

                Sans humanisme,sans fraternité ou simplement sans amour,

                Tu allais combattre,et faire naître une telle espérance,

                Aujourd’hui nous saluons ta mémoire,

                Ton courage,ton sacrifice,

                Nous te devons les jours de paix que nous vivons,

                Salut à toi,soldat de la liberté.



Le fou est mort

untitled.bmp                Le fou est mort,paix à son âme,

                Que de regrets doit-elle souffrir hors de ce corps,

                Corps à jamais symbole d’insolence,de mépris,de haine,d’inconscience,d’ignominie,

                Simplement d’ignorance,

                L’ultime ignorance du principe premier de nos vies,

                On ne combat contre son coeur,

                Ce coeur d’amour,notre précieux héritage éternel,

                Notre filiation divine que le fou a bafouée,

                Lui qui combattait au nom de Dieu,

                Au prix du sang de milliers d’innocents,

                Il n’a tué que sa propre espérance,

                Faute d’aimer,a renié ce Divin qu’il ne cessait en définitive d’insulter.

               



La parenthèse princière

imagesca45701s.jpg                Comme le bonheur de deux êtres,peut resplendir sur des millions de leurs semblables,

                Et quand pour une fois,l’amour véritable semble les lier,

                La joie de ce grand nombre de contemporains paraît plus qu’évidente,

                La princesse irradie de beauté,

                Le prince est élégant,

                Ils s’aiment et nous prennent à témoin,

                Pourtant le monde n’est toujours aussi parfait que dans le plus beau des contes,

                Mais cette parenthèse princière a son importance,

                En ces temps décadents,

                Qu’ils soient symbole d’une plénitude possible,

                Nourrit les âmes d’une puissante espérance,

                Et rien que pour ça,tous nos voeux de bonheur et de sages décisions à ces bienheureux privilégiés,

                Qu’ils soient dignes de ces privilèges.



123

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie