Connais ta valeur

                     Connais ta valeur,

                     De ton coeur son ampleur,

                     Ne seras-tu loin de ton bonheur,

                     De cet état hors des chaînes du temps,

                     Si conscient de ton éternel présent,

                     Du primordial,en ces jours comme pour toujours,

                     De ton amour.



Amis du temps

                     Amis du temps n’oubliez votre éternel présent,

                     Vous les enfants de l’espérance,

                     Faites la richesse de votre conscience,

                     Rendez votre amour unique maître de vos jours.



Chacun est guérisseur

                     Chacun est guérisseur,

                     Chacun est connaisseur d’un ancestral bonheur,

                     Premier état d’un vaste pouvoir qui n’attend que notre vouloir,

                     Que chacun retrouve sa sincérité,

                     Son humilité où renaîtra sa vérité,

                     Par l’aspect le plus pur de notre amour,

                     L’esprit créateur à l’oeuvre au sein des jours.



Je ne chante pas l’hymne national

                     Je ne chante pas l’hymne national,

                     Sois pourtant si sûr que je sauterais si tu tombais dans le canal,

                     La valeur d’une âme ne se mesure à un espace de terre et à ses frontières,

                     Aux honneurs de ses dirigeants fort souvent lamentables,

                     Mon amour a la valeur de sa liberté,

                     La courage de son éternité.



La grande âme

                     La grande âme a tant vécu qu’elle ne vit plus,

                     Elle est en toute son éternité,

                     Elle est de toute sa vérité,

                     Si ton amour la croise un jour sur le parcours des jours,

                     Sois si sûr qu’elle est revenue pour guider les siens vers leur divin destin.



Mère de ma mère

                     Mère de ma mère,sans toi que faire,

                     Quel fol amour se décuple pour guider mes premiers jours,

                     Douce grand-mère jamais en colère,

                     Loin de mon enfance je saurai ton importance,

                     Ton âme à jamais en mes pensées,

                     Rendra encore son précieux conseil pour l’éveil complet de ma vérité.



Accorde-toi la patience

                     Accorde-toi la patience,

                     Car à chacun son jour de chance,

                     Son lot d’excellence pour tant de persévérances en cette existence,

                     Comprends que ton éternel amour s’enrichit de ces jours,

                     Accorde-toi la patience,

                     Déjà te guide-t-elle vers le sublime de l’espérance.



Toujours libre

                     Hors des chaînes de la peur la liberté d’aimer,

                     Quelle folie de demeurer de ses doutes le prisonnier,

                     Toujours libre est le bon entendeur de sa vérité.



Les âmes qui se reconnaissent

                     Les âmes qui se reconnaissent forment les couples de l’évidence,

                     Les inséparables sur ce chemin d’une identique existence,

                     Les égos qui,fort à propos,témoignent leur éternel duo,

                     A ces semblables bien trop seuls en leur être,

                     Sans plus le choix de l’espérance en plein coeur de leur paraître,

                     D’une habitude que sauraient vaincre leurs certitudes,

                     Les âmes qui se reconnaissent avancent sans autre prudence que celle de leur ancestrale sagesse,

                     Quand aucun de leurs repos n’est une paresse,

                     Par cet amour,qui à jamais les unit,sont-ils guides de nos jours.



En l’être de pouvoir

                     Trouve en l’être de pouvoir son intime faiblesse,

                     Il obéira à ta sagesse ou voudra que tu disparaisses,

                     Ainsi la danse du monde depuis la nuit des temps,

                     Ainsi le piètre progrès de l’oeuvre de l’amour en ce royaume des jours,

                     Quand ses véritables artistes doivent tenir au secret les dons créateurs,

                     En vérité fort révolutionnaires,de leurs coeurs.



12345...219

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie