Au bout de ses rêves

                     Qui veut aller au bout de ses rêves passe souvent pour un fou,

                     Un inconscient de l’espérance au sein des jours,

                     Un illuminé bien trop sûr de sa bonne étoile,

                     En vérité à l’amour rien n’est fatal,

                     Au bout de ses rêves le fou retrouve le désir de son éternité.



A la vérité nul n’échappera

                     A la vérité nul n’échappera,

                     Ce qui doit être sera,

                     Le temps prends son temps,

                     Additionne les présents,

                     Des passés fait-il toujours le bilan,

                     Pour chacun la chance de l’espérance,

                     Au bout de son chemin la vérité en toute sa divine éternité.



Revenu de la plus extrême souffrance

                     L’être revenu de la plus extrême souffrance endurée n’a nul regret,

                     Nulle vengeance en son cœur,

                     Il a survécu et salut la vie de nourrir encore et toujours son amour,

                     Son pardon à l’épreuve de ce passé si chargé recevra tout l’honneur de son éternité,

                     Sait-il plus que tous que vivre est aimer,

                     Est s’élever au-delà de toute ignorance,

                     Guidé par l’espérance vers le sublime,

                     Le divin de notre vérité.



Vivre ces jours

                     Vivre ces jours ou rencontrer l’évidence,

                     Entendre en conscience les mots de l’espérance,

                     Malgré la souffrance,sa maladie,ses doutes et ses peurs,

                     Nul ne sera exclu de l’éternel bonheur,

                     Vivre ces jours ou redécouvrir,par forte sagesse,

                     L’originelle noblesse de notre amour.



Que la lumière soit

                     Que la lumière soit,

                     Que la vérité se traduise en toute parole,en nos mots,en tous nos maux,

                     Malgré la souffrance que s’émancipe notre conscience,

                     Jouisseur de tout plaisir ou pourfendeur de tout désir,

                     Que chacun trouve sa voie,à sa façon,à sa manière,

                     De l’honneur son provocateur ou de l’évidence son docteur,

                     Que chacun illumine les jours de cette existence,

                     Honore l’amour maîtresse de notre espérance.



Les signes de l’invisible

                     Bienheureux est l’être qui sait rendre les signes de l’invisible fort lisibles,

                     Qui sait retrouver,entendre ou voir les pensées de ses amours retournés en l’éternel jour,

                     Sachons interpréter la moindre chose inédite comme envoyée par un mystérieux secret,

                     Posée là devant nos pas pour taire cette peur d’un trépas,

                     D’un adieu que l’invisible nous traduit en simple départ,

                     En juste retour vers le parfait de notre amour.



La maladie,cette folle,cette inconsciente

                     La maladie,cette folle,cette inconsciente,

                     Cette briseuse d’espérance,

                     Nous faut-il donc accepter sa souffrance,

                     Sans doute aucun plaide l’éternel,

                     Toujours devons-nous resplendir notre part la plus belle,

                     Notre amour maître de notre corps et perpétuel guide de notre âme.



Les mensonges d’hier

                     Pauvres Hommes qui toujours s’arrangent avec la vérité,

                     Ignorent-ils que l’avenir retrouve le passé,

                     Ce qui est,ce qui était en tout son entier sera dévoilé à l’éternité,

                     Les mensonges d’hier ne font,ô grand jamais,la gloire perpétuelle d’aucun être sur cette Terre.



L’être libre

                     L’être libre est disciple de la vérité,

                     Sait-il vivre pour entendre ses mots,

                     Se parfaire de sa connaissance,

                     Savourer sa science en toute conscience,

                     La vérité n’exige aucune obéissance,

                     Vient à elle les êtres si loin de toute peur,de tout doute,

                     Qui connaît cette liberté sait ses pensées jouir d’un divin plaisir,

                     N’ignore-t-il que ces instants près de la vérité connaîtront le bonheur de son éternité.



Une fenêtre d’éternité

                     Comme si  le temps cessait sa course,

                     Comme si une fenêtre d’éternité s’ouvrait pour éclairer la maison de mes jours,

                     Un merveilleux paysage de vérité s’est soudain proposé au yeux de mon âme,

                     Les couleurs quasi divines d’une lumière jamais aveuglante,

                     Sensation d’une ancestrale éminence,

                     Comme un retour vers l’origine,

                     Vers la source de toute existence,

                     Comme évanouies à jamais toutes les souffrances,

                     L’amour chantait la vie pour toujours.



12345...229

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie