Le festival

                     Les corps exaltent en toute jouissance,

                     Les consciences oublient leurs souffrances,

                     La vie se fête,

                     Doutes et regrets ne sont les maîtres,

                     Que dure longtemps le festival qui brise le silence des différences.



Le porteur de vérité

                     Le porteur de vérité partage le témoignage sans âge,

                     Ses mots seuls guérissent,

                     Son regard même est un délice,

                     Le porteur de vérité ou le témoin éternel de l’amour au sein de ces jours.



Au sein de mon repos

                     Au sein de mon repos je rencontre mes pensées libérées de mon ego,

                     Sans plus les besoins de l’apparence,

                     En toute sincérité avec ma conscience,je veux entendre ma vérité,

                     Retrouver les secrets de mon éternité,

                     Mon amour fais-toi guide bien plus en mes jours,

                     Au sein de mon repos,bien au-delà de ma peau,

                     Mon coeur déclame son premier bonheur,

                     Lui qui connaît son divin et saura ne trahir son destin.



La drogue de l’espérance

                     Le sage ne connaît que la drogue de l’espérance,

                     Point d’autre addiction en son existence,

                     Chantre des plaisirs des jours,

                     Aucun abus n’entrave l’élévation de son amour.



L’éternel enfant

                     L’éternel enfant toujours joue,

                     S’émerveille chaque jour de mille nouvelles merveilles,

                     Il saisit les couleurs avant que le temps ne les reprenne,

                     Il brûle sa peine sur le feu de l’espérance,

                     Son âme est sereine sous le soleil de la joie,

                     Fleurissent et renaissent les fleurs de certitudes,

                     En tout plaisir elles étalent leur élégance,

                     L’éternel enfant les fait maîtresses en sa conscience,

                     Combattantes d’une peur qui plus jamais ne nuira à son bonheur,

                     L’éternel enfant né de l’amour y retourne sans détour,

                     Lavé de toute ignorance,enseigné par tant de souffrances,

                     L’éternel enfant vit l’allégresse d’une intime sagesse,

                     La plénitude d’une divine connaissance.



Au bout du chemin des jours

                     Pour chacun,au bout du chemin des jours,

                     La vérité de son amour,

                     D’un instant comme de tant d’existences,

                     Toute expérience nourrit notre éternelle conscience.



Que se déclame ton âme

                     Que se déclame ton âme,

                     Que se révèle ton être,

                     Qu’il retrouve le fil de son subtil,

                     Sa vérité innée née en son éternité,

                     Offre pour toujours joie et espérance à ton amour.



Vivre est toujours un progrès

                     L’espérance t’offre le courage,

                     La confiance t’offre la force,

                     Ta conscience te le dit sans ambages,

                     Elle hors de tout âge,

                     Ton amour ne formulera aucun regret,

                     Quand se fera le bilan des jours au repos de ton éternité,

                     Vivre est toujours un progrès.



Tu existes

                     Tu existes,

                     Tu es enfant de la vie,

                     Chante les jours mon ami,

                     Célèbre chaque instant,

                     Rien ne sera oubli en ton éternel temps,

                     Sois de joie et de pardon,

                     Honore ton si divin nom.



Le subtil

                     Ainsi le subtil anime ces formes et couleurs,

                     En tout corps comme en toute fleur,

                     Dévoile son éternelle science en toute apparence,

                     Mais combien de consciences reconnaissent son origine juste divine,

                     Le subtil n’est maître de souffrance,

                     En la vérité de nos pensées s’affirme son éminence,

                     Sa réalité au-delà de nos sens,

                     Le subtil s’empare de nos âmes pour les révéler à leur amour,

                     Pour notre propre rencontre le subtil propose ce rendez-vous des jours.



12345...236

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie