Quand l’amour se joue des genres

                     Pourtant,bien des fois,l’amour se joue des genres,

                     Des inutiles différences,

                     Quand peu lui importe l’origine,

                     Deux êtres unis par la passion,

                     Au bonheur des coeurs toujours s’assimilent.



Ton vrai nom

                     Quel est ton vrai nom,

                     Celui qui révélera l’exact de ton ambition,

                     Que dois-tu encore apprendre de l’existence,

                     Quelle amplitude de l’espérance au sein de tes sens,

                     Quelle vérité vivement souhaitée au terme de cette destinée,

                     Ton vrai nom est inscrit en ton coeur,

                     Telle une trace indélébile gravée par ton éternel bonheur.



Toi du pouvoir le choisi

                     Toi du pouvoir le choisi,l’élu par tes semblables,

                     Honte à ton âme,

                     Comment as-tu osé,à ce point,pervertir la noble république,

                     La tromper,l’oeuvre de vérité retrouve ton passé,

                     Cesse cette défense en fausses paroles,

                     Plus jamais en ce temps ne seras-tu noble,

                     Déjà ton éternité t’affirme en conscience mille et mille regrets,

                     Il n’est plus temps,encore,de duper,

                     Te faut-il enfin faire oeuvre d’humilité,

                     Emplir de vive sincérité le corps même de tes pensées.



Enchante ta vie

                     Enchante ta vie,ton éternité te dira merci,

                     Exalte tes jours,plus grand encore sera ton amour,

                     Combats les peurs geôlières de ta conscience,

                     Un inédit bonheur s’offrira à ta conscience,

                     Ainsi l’ampleur de cette existence,

                     En vérité support d’évidence pour ta divine éminence,

                     Pour ton retour,pour tant de mérites,vers ton originelle excellence.



Les avantages des êtres du rail

                     Et si les êtres du rail avaient raison,

                     S’ils avaient un train d’avance en ce long voyage des âges,

                     Pour tous leurs avantages,

                     Plus de dividendes,plus de folles richesses,

                     Pour tous l’allégresse,

                     Le plaisir de vivre,

                     Pour tous le loisir de jouir des plaisirs,

                     Le soin de combattre sans crainte du lendemain du corps ses souffrances,

                     Quand pour l’âme le temps offrirait enfin l’infinie connaissance que permet cette existence.



Pour chacun la liberté

                     Ainsi pour chacun la liberté,

                     Liberté d’aimer,

                     D’exulter sa vérité,

                     De savourer ses jours telles des offrandes à son amour.



Le diable reprend les armes

                     A cet instant,en ce moment des enfants ont pour seul bonheur d’admirer ce ciel et ses couleurs ou ses lointaines lueurs,

                     Le présent retrouve ses errements,se vautre encore dans l’horreur,

                     En Syrie ou autre pays le diable reprend les armes,dans les coulisses du mensonge sème la peur,

                     Que chante notre jouissance,que se complaise notre insouciance,

                     Que s’éveillent pourtant nos pensées,que l’humanité retrouve sa divine fierté,

                     Qu’elle ne soit l’idiote de son passé,

                     Que ses enfants,héritiers de l’amour,

                     Quittent enfin et pour toujours la souffrance en ses jours,

                     S’il nous faut une dernière guerre,qu’elle soit pour tout l’honneur de notre éternité.



Le coupable à sa conscience

                     Laissons le coupable à sa conscience,

                     L’artiste qu’il est doit s’exprimer en cette existence,

                     La justice des Hommes est passée,

                     Nul maintenant ne peut être juge de son passé,

                     Que par son art se dévoile sa souffrance,

                     Sa quête de pardon,

                     En cette acceptation s’honorera notre raison.



Celui qui sait

                     Celui qui sait doit guider,

                     Sans autorité mais en toute équité,

                     Son savoir est éternelle science,

                     Tout inutile,tout futile ont quitté,depuis fort longtemps,sa conscience.



Amnésiques

                     Amnésiques,

                     Oui,ne sommes-nous que des amnésiques,

                     Êtres en tout oubli de leur divine origine,

                     Porteurs d’un pur bonheur en leur coeur,

                     Qu’ils ne voient ou mieux aperçoivent,

                     Car posent-ils sur ce trésor qui survivra à leur mort,

                     Le voile de la peur ou le lourd manteau de l’horreur.



12345...211

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie