Blessures d’enfance

                     Blessures d’enfance jamais ne se guérissent,

                     Combien d’années de cette existence avant d’alléger le poids de ces souffrances,

                     Pourtant la mémoire éternelle sait se départir des mauvais souvenirs,

                     L’amour,tôt ou tard,dévoile son éminente importance,

                     Du coeur ses essentiels plaisirs,

                     De l’expérience sa vérité sublimée,

                     Vivre alors serait résister,

                     Serait se battre pour prouver de son âme toute sa valeur,

                     A ce prix est le bonheur quand sans peur fut accordé le pardon,

                     Il n’est plus grande certitude pour notre être en ce temps compté,

                     Il faut vivre et aimer,

                     Taire ainsi et à jamais toute forme de regret.



Nul n’est de rien

                     Sur cette Terre chacun est d’une même valeur,

                     Chacun a les habits d’une réalité que l’éternité lui a fournis,

                     Chacun est l’enfant de l’existence voué à devenir adulte de l’espérance,

                     Nul n’est de rien,

                     Que l’être de pouvoir le comprenne,là est son grand devoir,

                     Là est son grand nécessaire de partage,

                     Que chacun sur cette Terre est toute possibilité de grandir son âme,

                     Nul n’est de rien,

                     Chacun est né du divin et connaîtra sa gloire au terme de son destin.



Jouir à n’en plus finir

                    Jouir encore,jouir à n’en plus finir,

                    Jusqu’à taire le plaisir,

                    Que s’exprime pourtant le désir,

                    En vérité le plaisir de vivre,

                    Libérer cet amour en toute son éminence,

                    Rendre à ces jours tout l’utile pour notre conscience,

                    Offrir leurs couleurs à notre intime bonheur,

                    Dieu que notre être jouira plus encore,

                    Se taira le désir de la chair,cependant demeurera le plaisir en ce corps,

                    En cette âme même bien au-delà de la mort.



Le doute

                     Ainsi le doute nous fait avancer,à force d’habitude,vers la quête des certitudes,

                     Pourquoi serions-nous en ces jours si nous savions tout de notre amour,

                     Le doute est enseignant de l’espérance,

                     L’existence alors support de sa science en notre conscience,

                     L’être trop sûr du tracé de son chemin ignore tout le particulier de son divin destin,

                     Près de chacun,en cette réalité,le doute dévoile l’exigence de son éternité. 



Sommes-nous de passage

                     Car sommes-nous de passage ce corps cessera un jour d’habiller notre âme,

                     Tout être retrouve son éternité,

                     L’important n’est-il de ne l’oublier,

                     Notre amour s’offre cette parenthèse d’existence,

                     Cet espace de temps tout voué à l’espérance,

                     Mille expériences pour toute une évidence,

                     Nul ne meurt,chacun retrouve son bonheur,

                     Chacun est une étoile d’une divine lueur,

                     Ainsi sommes-nous de passage,passagers d’un court voyage,

                     Elèves éduqués en cette réalité qui bientôt retrouveront leur vérité.



L’atelier des jours

                     Dans l’atelier des jours se façonne notre amour,

                     Notre âme s’active au sein des outils de la réalité,

                     Son oeuvre toute dédiée à l’éternité,

                     A-t-elle le talent de sincérité,le don d’humilité,

                     Sait-elle entendre les conseils de l’espérance,

                     Ne s’oublie l’ancestrale science,

                     Précieux savoir perduré en conscience,

                     Grand bonheur alors pour cet être retrouvé,

                     Qui rend sans faillir à l’oubli toute forme de regret,

                     Au dernier présent de ce temps,

                     Malgré la nuisance des souffrances,

                     Achevé sera le travail de son amour dans l’atelier des jours.



L’art de son âme

                     Si mes mots peuvent offrir l’espérance,

                     La joie de vivre ou éveiller un instant un coeur en mal de bonheur,

                     Lui indiquer tous les possibles d’une éternelle vérité en conscience,

                     Dieu que ma joie sera grande,

                     Cette reconnaissance suffira à nourrir mon intime être tout en sa vivance,

                     Chacun naît en ces jours pour présenter de son amour ses divins atours,

                     Est-ce pour ma part mes mots en tout ce qu’ils ont de plus sincère,de plus humble,

                     Chacun en ce temps offre l’art de son âme à la communauté de ses semblables.



Le passeur

                     Connais-tu le passeur,

                     Tu le trouveras en ce pays de sagesse,

                     Tu le reconnaîtras par ses habits d’allégresse,

                     Avec lui tu traverseras le fleuve des doutes,

                     Seras-tu sur la rive des certitudes,

                     Grande joie envahira ton habitude,

                     Le passeur te quittera tout à ton bonheur,

                     En ta mémoire ses mots guideront ton savoir,

                     Pour toujours rendront-ils à ton amour ses divins atours.



La marche

                     La marche libère l’âme,émancipe les pensées,

                     Evoluent-elles elles-mêmes vers leur vérité,

                     Le corps tout à son effort exulte pourtant ses sens,

                     La marche ou l’expression d’un être en toute vive espérance,

                     Ce qui ne s’exprime autrement,pendant la marche rend son évidence.



Au sein de mon repos

                     Au sein de mon repos je rencontre mes pensées libérées de mon ego,

                     Sans plus les besoins de l’apparence,

                     En toute sincérité avec ma conscience,je veux entendre ma vérité,

                     Retrouver les secrets de mon éternité,

                     Mon amour fais-toi guide bien plus en mes jours,

                     Au sein de mon repos,bien au-delà de ma peau,

                     Mon coeur déclame son premier bonheur,

                     Lui qui connaît son divin et saura savourer et ne trahir son destin.



12345...198

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie