Le temps passe

                     N’appelle le temps qui passe il ne peut s’arrêter,

                     Il t’entend mais ne comprend que tu ne le suives,

                     Point d’hésitations sur le chemin de la vie,

                     Ne ferais-tu que créer d’inutiles regrets,

                     Le temps maître des jours est hôte de ton amour,

                     Il t’accueille en son temple des évidences,

                     Au pays des couleurs libère ta conscience,

                     Pour ton bonheur affronte sans faillir la souffrance,

                     Le temps est ton guide vers l’absolu de l’espérance,

                     Quand cessera la course du temps sans plus de la lumière sa vitesse,

                     Sauras-tu de ta sagesse son allégresse,

                     Comprendras-tu en ton éternité retrouvée sa divinité.



L’éternel chemin

                     L’éternel chemin n’a de fin,

                     L’amour bien au-delà des jours se nourrit encore et toujours de la divine science,

                     Renouvelle sans cesse,sans paresse,son voeu premier de rendre pure éminence à sa conscience,

                     Sur l’éternel chemin jamais ne se perd le disciple de l’espérance,

                     L’être avide pour son coeur de purs bonheurs,

                     De cette joie qui sans faillir lui offre les plus tendres émois.



Malgré son pardon

                     Quelle folie de trahir son amour par cette violence à l’âme soeur,

                     Elle devra partir malgré son pardon,

                     Pauvre être alors sans plus de compassion,

                     Que mille pleurs en son coeur,

                     L’auteur de ce malheur en toute peine retrouvera le chemin du bonheur,

                     Quand en l’âme soeur,bien ailleurs,

                     Toute espérance revenue,renaîtra son amour en ses jours.



Le parent chéri

                     Qui sème la graine d’un corps doit avoir le soin d’entretenir sa croissance,

                     En conscience sait-il de l’enfance son importance,

                     Qui offre le support d’un avenir se doit de la confiance le garantir,

                     Doit-il comprendre et ne jamais trahir cette éminente évidence,

                     Il est l’être choisi,le parent chéri à qui il incombe de tracer,

                     De baliser de mille certitudes,le chemin de l’espérance.



Toi le religieux fou de Dieu

                     Qui es-tu toi le religieux fou de Dieu pour me dire de partir,

                     Pour me contraindre à fuir,

                     Ce pays a vu mon être grandir,

                     Ses couleurs ont nourri mon bonheur,

                     Ses lois avaient l’aval de mon honneur,

                     Qui es-tu toi le religieux fou de Dieu pour combattre l’amour,

                     Lui maître de vérité pour nos jours,

                     Je renaîtrai ailleurs dans le seul souci de mes songes,

                     Quand toi deviendras-tu prisonnier de tes mensonges,

                     Torturé par tant de regrets,

                     Goûterai-je de mon côté toutes les joies de la liberté.



A telle beauté intérieure

                     A telle beauté intérieure que grand bonheur,

                     Que sincérité et humilité exprimées par ce coeur,

                     Qu’importe de ce corps son apparence quand si élégante est sa conscience,

                     A telle beauté intérieure l’expression d’une pure vérité,

                     Elle si riche de mille certitudes et plus jamais bridée par les doutes et regrets,

                     A telle beauté intérieure cet amour fort précieux pour nos jours,

                     Telle une éternité alors témoignée,

                     Car est-elle sienne est-elle tout aussi nôtre.



Mon père cet inconnu

                     Mon père cet inconnu,

                     Est-ce pourtant cet être qui me fit naître,

                     Quel est le poids de sa connaissance en ma conscience,

                     Quelle est la charge de sa souffrance que supporte son espérance,

                     Mon père cet inconnu,

                     Est-il l’élu de mon amour ou seul guide de mes jours,

                     Nos destinées,à jamais liées,en l’éternité dévoileront leur vérité,

                     Saurai-je de mon père cet inconnu,

                     Ce lien entre nos âmes hors de tout âge.



Tout n’est que lumière

                     Tout n’est que lumière,

                     Tout n’est que vérité en ce qui éclaire,

                     En ce qui aveugle les peurs et illumine le chemin du bonheur.



Les instants faussement anodins

                     En ces instants faussement anodins oeuvre la vérité,

                     Elle alors sous les traits de la sincérité,sous les habits de l’humilité,

                     Les souvenirs ne sauront les retenir,

                     A leur si grande surprise ces instants sauront resurgir,

                     Seront-ils porteurs d’un si pur plaisir,

                     De l’enfance tout le précieux de son innocence,

                     Des premiers émois ou de l’amour son évidence,

                     Quand au coeur de la souffrance un regard revient avec insistance,

                     Il est compassion,il est guérisseur,de l’âme son docteur,

                     En ces instants faussement anodins la confidence se nomme souvent espérance,

                     L’éternité,en toute discrétion,enseigne son élève réalité,

                     Le présent retrouve son passé pour mieux anticiper son avenir,

                     Parce que chaque seconde de ce temps a sa valeur pour notre bonheur,

                     Les instants faussement anodins savent les retenir.



A deux

                     A deux moindre sont les peurs,

                     L’amour toujours dévoile l’évidence des jours,

                     A deux se décuple le pouvoir des sens,

                     Deux coeurs unis sont à l’oeuvre du bonheur,

                     La passion connaît le chemin de l’espérance,

                     Nul hasard en cette réalité,

                     Deux êtres sous ces cieux retrouvés ont la mémoire de leur éternité.



123456...198

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie