Les fausses apparences

                     Les fausses apparences veulent guider les consciences,

                     Pourtant l’espérance dévoile le fol état de leurs âmes,

                     Maîtres du présent connaîtront-ils les regrets du temps venant,

                     Leurs faux sourires masquent le visage de leurs peurs,

                     Des doutes geôliers de leurs coeurs,

                     L’être à l’oeuvre de son amour ignore leur arrivisme,

                     L’esprit désespéré de leur cupidité,

                     Sait-il par les voix de son pur optimisme,

                     Lui riche de l’essentielle connaissance,

                     Ainsi la vérité inspiratrice de son évidence,

                     Qui trahit les jours de cette réalité connaîtra les regrets de son éternité.



L’astre flamboyant

                     L’astre flamboyant compte le temps,

                     Es-t-il d’un éternel présent,

                     Combien de fois son tour pour les saisons de tous ces jours,

                     Pour parfaire hors de sa lumière l’oeuvre de notre amour,

                     Bel astre de nos corps leur père,

                     Soyons si dignes de ton éminent symbole sur ce sol de notre mère Terre,

                     Es-tu cet inaccessible,

                     Ce premier aspect d’une divinité qu’il nous faut sans faillir mériter.



Dis-tu l’espérance

                     Dis-tu l’espérance,

                     Les erreurs au seul passé,

                     Pour l’avenir la fin des souffrances,

                     Les éternelles certitudes maîtresses en cette réalité,

                     Dis-tu les valeurs de l’intime sagesse,

                     Elle en chaque coeur impatiente d’une pure allégresse,

                     Dis-tu l’espérance,

                     L’amour parent de tous en conscience,

                     Bien au-delà des jours la divine destinée.



Nul n’est juge de son semblable

                     Nul n’est juge de son semblable,

                     Tout au plus de cet être son geôlier,

                     Seule l’éternité nommera la vérité,

                     Elle-même jamais ne condamne,

                     En l’éternité chacun nomme ses erreurs,

                     Reconnaît de son âme sa responsabilité,

                     Sait qu’il devra par de nouveaux jours rendre à son coeur tout son honneur,

                     Pour son amour son divin bonheur.



La vieille âme

                     A la vieillesse du corps la jeunesse de l’esprit,

                     Ainsi parle la vieille âme,

                     Ainsi sa folie que l’ignorant nomme utopie,

                     Pourtant rien n’est plus véritable,

                     L’amour hors du temps règne de son toujours,

                     La vieille âme,en plein coeur de sa jeunesse retrouvée,

                     Danse son corps de lumière en toute volupté,

                     Dans son regard cette élégance d’une antique prestance,

                     Cette souplesse d’une éternelle,d’une divine sagesse.



La prière

                     Au plus profond de nos doutes naît une prière,

                     En ce coeur notre enfant de l’espérance se libère,

                     Que s’émancipent nos plus pures pensées vers leur vérité,

                     Que s’élève notre être au-delà de la seule réalité de son paraître,

                     La prière bien ailleurs nous fait apparaître,

                     Si sincère,si humble,elle témoigne notre amour et tout son pouvoir,

                     Notre éternité et tout son divin savoir.



L’être libre

                     L’être libre sait tout l’honneur de son pardon,

                     De ses peurs il a chassé tous les démons,

                     En vérité sa liberté a la noblesse de son éternité,

                     Ses vengeances,ses folles prestances,

                     Ses oublis en piètres insolences à jamais bannis de sa conscience,

                     L’être libre,autant serait de son corps sa souffrance,

                     Sait reposer son âme sur les longues plages des certitudes,

                     Le regard de son coeur posé sur l’horizon de l’espérance,

                     Son divin révélé par la confidence de sa plénitude.



Le fruit de la vie

                     Quel goût a le fruit de la vie sur ce palais de ton âme,

                     Ces jours pour ton esprit sont-ils un régal,

                     Pour ton éternité les mets de cette réalité,

                     Prends le temps de savourer les précieuses certitudes,

                     Que plénitude devienne cette habitude,

                     A la table de l’espérance s’installent les fins gourmets de l’existence.



Adieu ou le souvenir des jours

                     Adieu dit-il,

                     Mais sait-il que rien n’est oubli,

                     Chacun se retrouve en ce royaume des vérités,

                     En cette éternelle réalité aussi appelée paradis,

                     Renaîtront les regrets quand l’amour fut trahi,

                     Adieu ou le souvenir des jours,

                     Ce que le temps offre s’honore ou se quitte en toute noblesse,

                     Ainsi pour chaque coeur le sujet de la divine sagesse.



Fée confiance

                     Quel bonheur de rencontrer Fée confiance,

                     Sur le chemin du temps ne jamais l’oublier,

                     Perdurer sa présence en conscience,

                     Par sa seule évocation chasser les peurs,

                     Pour son protégé Fée confiance réalise des prodiges,

                     Pour cet être tout est du domaine du possible,

                     Pour lui en vérité tout n’est que volonté,

                     Que désir de vivre cette réalité pour tout le progrès de son amour en son éternité,

                     Fée confiance alors vêtue des habits des jours taira tous ses regrets.



123456...204

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie