L’humain et l’animal

                     En la juste évolution chacun trouve sa place,

                     L’harmonie appelle à sa cause l’humain et l’animal,

                     Combien de temps avant cette évidence quand subsistent tant d’ancestrales souffrances,

                     Que l’humain rencontre sa conscience,

                     L’animal est bien trop sous sa dépendance,

                     Pour son éternité l’animal a l’avantage de son innocence,

                     Pour sa divinité retrouvée l’humain doit imposer de son coeur toute son exigence.



Les prisonniers du regret

                     Les prisonniers du regret sèment violence et souffrance,

                     Pauvres êtres esclaves de l’ignorance,

                     Nulle espérance oeuvre en leur coeur,

                     Pauvres âmes hors de toute évidence,

                     Persécuteurs de leur propre amour,

                     Pauvres fous posés là en ces jours,

                     Pourtant l’éminente vérité nous l’ordonne,

                     Nous devons leur accorder le pardon,

                     Dévoiler le plus pur,le plus divin de notre intime savoir,

                     Aussi sûrement que les victimes des prisonniers du regret jamais ne quitteront nos mémoires.



La mort

                    Quand serons-nous en ce passage,

                    Quand franchirons-nous cette porte appelée mort,

                    A chacun son destin,à chacun le retour vers son divin,

                    Pour chacun,tôt ou tard,la fin du chemin,

                    Mais pour tous ces jours tout au bénéfice de leur amour,

                    La mort entend l’appel de l’éternité,

                    Telle est là son entière vérité,

                    Certes tant de peurs et pleurs,

                    Mais nul ne meurt en son coeur,

                    A l’apogée de sa connaissance,la pure évidence,

                    Son amour pour toujours sous ses divins atours.



L’oeuvre du temps

                     Le temps nous propose l’espérance,

                     Nombre de jours de son existence,

                     Le temps agent servant de notre amour,

                     Maître enseignant de notre conscience,

                     En vérité son libérateur,

                     Quand met-il au péril nos peurs,

                     Quand offre-t-il tous les possibles pour notre bonheur,

                     Quand au combat de nos souffrances se révèle à son meilleur notre coeur,

                     En notre éternité retrouvée remercierons-nous le temps pour l’oeuvre en notre être de notre destinée.



Toute la fortune de cette existence

                     En vérité jamais ne s’oublie le passé,

                     Les souvenirs enseignent notre conscience,

                     Pour toujours est gravé le chemin de l’espérance,

                     Ainsi tout le précieux de nos destinées,

                     Le temps offre ses jours à l’éternel de notre amour,

                     Nul ne doit trahir de son coeur ce fort désir d’expériences,

                     Cette intime volonté d’enrichir son être par la grâce de toute la fortune de cette existence.



Que vibre ton être

                     Que vibre ton être,

                     Que resplendisse tout ton paraître,

                     Que vérité rencontre ta conscience,

                     Que tes jours te soient mille et mille évidences,

                     Nul ne se perd sur le chemin de l’espérance,

                     Tu es né pour le progrès de ton âme,

                     Au terme du temps tu ne retiendras qu’un seul âge,

                     Quand à son apogée ton être sera en toute plénitude,

                     Alors sans plus le besoin de l’habitude,

                     En toute allégresse d’une acquise sagesse,

                     Plus sûrement révélée,

                     Salue les temps venants tout voués à ta vérité retrouvée.



L’humble et le maître d’insolence

                     L’humble que l’on a meurtri connaîtra sa divine gloire,

                     Quand le maître d’insolence retrouvera son éternelle souffrance,

                     Pour lui mille regrets d’avoir perdu ses jours,

                     Pour l’humble tout le loisir de célébrer la grandeur de son amour,

                     Les deux se retrouveront en cette immédiate destinée,

                     Le maître d’insolence alors en son humilité retrouvée,

                     Deux âmes parvenues chanteront à l’unisson la mélodie du bonheur pour toujours en leur coeur.



Enfants des jours

                     Chaque enfant de ces jours a vocation de faire naître l’amour,

                     Progéniture point toujours du corps mais plus sûrement du coeur,

                     A nous le devoir d’être parent du pardon,

                     Mère de la compassion ou père de la confidence,

                     L’espérance n’est une illusion mais la vérité exprimée en notre conscience,

                     Quand savons-nous ne jamais mourir,

                     Mais vivre pour voir grandir les enfants de notre amour.



L’Homme du secours

                     L’Homme du secours ne réclame rien en retour,

                     Pour le bien de ses semblables est vouée son âme,

                     L’Homme du secours a l’humilité chevillée en sa conscience,

                     Il a les mots de l’espérance pour cet être meurtri en tout son paraître,

                     L’Homme du secours en cette existence est le soldat de l’amour,

                     Le combattant des souffrances,

                     Pour nulle personne n’a-t-il de l’indifférence,

                     Que grande soit la fortune de sa destinée pour la richesse de son éternité.



Toi mon père

                     Toi mon père,

                     Toi que seul être de mon temps son hier,

                     Des saisons n’es-tu que l’hiver,

                     Ne peux-tu être d’un si bel été sa divine lumière,

                     Comment te poser en mon coeur moi qui ignore jusqu’à ton visage,

                     Saurons-nous nous reconnaître au terme des âges,

                     Pourtant je ne peux admettre que je sois pour toi que source de mille regrets,

                     Le pardon est si fécond,

                     Ton absence n’est-elle qu’inconscience,

                     Mais enfin quelle importance,

                     Je vis et j’aime,ma famille,point toujours celle du sang,est unie par ce lien sans fin,

                     Car éternel est l’amour,

                     Toi l’inconnu,toi mon père,

                     Ô combien j’espère qu’il anime tout aussi tes jours.



123456...201

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie