Toujours libre

                     Hors des chaînes de la peur la liberté d’aimer,

                     Quelle folie de demeurer de ses doutes le prisonnier,

                     Toujours libre est le bon entendeur de sa vérité.



Les âmes qui se reconnaissent

                     Les âmes qui se reconnaissent forment les couples de l’évidence,

                     Les inséparables sur ce chemin d’une identique existence,

                     Les égos qui,fort à propos,témoignent leur éternel duo,

                     A ces semblables bien trop seuls en leur être,

                     Sans plus le choix de l’espérance en plein coeur de leur paraître,

                     D’une habitude que sauraient vaincre leurs certitudes,

                     Les âmes qui se reconnaissent avancent sans autre prudence que celle de leur ancestrale sagesse,

                     Quand aucun de leurs repos n’est une paresse,

                     Par cet amour,qui à jamais les unit,sont-ils guides de nos jours.



En l’être de pouvoir

                     Trouve en l’être de pouvoir son intime faiblesse,

                     Il obéira à ta sagesse ou voudra que tu disparaisses,

                     Ainsi la danse du monde depuis la nuit des temps,

                     Ainsi le piètre progrès de l’oeuvre de l’amour en ce royaume des jours,

                     Quand ses véritables artistes doivent tenir au secret les dons créateurs,

                     En vérité fort révolutionnaires,de leurs coeurs.



L’ambivalence de nos existences

                     Hier se fait aujourd’hui si sincère,

                     Quand demain n’est que mystère,

                     Ainsi l’ambivalence de nos existences,

                     Pourtant demeure cette évidence,

                     Le regard de notre âme ne doit perdre de vue le phare de l’espérance,

                     Nous ne sommes plus les naufragés trop loin du rivage de vérité,

                     Est si fiable la boussole de notre coeur,

                     Nous approchons des splendeurs de notre éternel bonheur.



Dans le regard de l’animal

                     Si tu ne vois ta vérité dans le regard de ton semblable,

                     Tourne-toi vers celui de l’animal,

                     Vois son pardon sans condition,

                     Sa défiance seule arme de son existence,

                     Quand pose-t-il son amour,comprends que c’est pour toujours,

                     En son regard vois ta vérité exprimée en toute sublime simplicité.



Cesse de mourir

                     Cesse de mourir,

                     Comprends le perpétuel de ton avenir,

                     Au bout du chemin des jours,

                     L’éternité de ton amour.



La caresse

                     La caresse et sa douceur des premiers temps,

                     Ambassadrice des jouissances auprès d’une jeunesse sans quête de sagesse,

                     Simplement amants

                     La caresse et sa chaleur des vieux ans,

                     La caresse,alors,dernier plaisir d’un corps déjà en son âme,

                     La caresse ou l’oeuvre des mains sans plus trop de lendemains,

                     Avant le grand voyage des jours vers leur éternel amour.



Être premier dirigeant

                     Trop arrogant,trop insolent,

                     Trop jeune pour tant de pouvoirs malgré un grand savoir,

                     Être premier dirigeant en cette existence exige une saine et juste expérience.



L’histoire du passé

                     Observe les formes des montagnes et leurs rochers,

                     Tu liras l’histoire du passé.



Toi qui ne rencontre l’espérance

                     Toi qui ne rencontre l’espérance ne renie l’ambition de ton existence,

                     Ton présent se libérera de ton passé,

                     Ton regard,enfin,se lèvera vers le ciel de sa vérité,

                     Mieux encore,tu comprendras ton éternité,

                     Accepte que tes jours ont le pouvoir de révéler le caractère de ton amour,

                     Eveille cette volonté en ton être,en ton âme,

                     Ce bonheur de vivre au sein de tes semblables.



12345...238

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie