Le fruit de la vie

                     Quel goût a le fruit de la vie sur ce palais de ton âme,

                     Ces jours pour ton esprit sont-ils un régal,

                     Pour ton éternité les mets de cette réalité,

                     Prends le temps de savourer les précieuses certitudes,

                     Que plénitude devienne cette habitude,

                     A la table de l’espérance s’installent les fins gourmets de l’existence.



Adieu ou le souvenir des jours

                     Adieu dit-il,

                     Mais sait-il que rien n’est oubli,

                     Chacun se retrouve en ce royaume des vérités,

                     En cette éternelle réalité aussi appelée paradis,

                     Renaîtront les regrets quand l’amour fut trahi,

                     Adieu ou le souvenir des jours,

                     Ce que le temps offre s’honore ou se quitte en toute noblesse,

                     Ainsi pour chaque coeur le sujet de la divine sagesse.



Fée confiance

                     Quel bonheur de rencontrer Fée confiance,

                     Sur le chemin du temps ne jamais l’oublier,

                     Perdurer sa présence en conscience,

                     Par sa seule évocation chasser les peurs,

                     Pour son protégé Fée confiance réalise des prodiges,

                     Pour cet être tout est du domaine du possible,

                     Pour lui en vérité tout n’est que volonté,

                     Que désir de vivre cette réalité pour tout le progrès de son amour en son éternité,

                     Fée confiance alors vêtue des habits des jours taira tous ses regrets.



Les deux êtres unis

                     Quand l’homme saura son féminin,

                     Quand la femme saura son masculin,

                     Que divin sera le destin de l’être humain,

                     Les deux pôles de cette réalité rendront toute éminence à leur éternité,

                     Honoreront l’amour guide en leur coeur,

                     Les deux êtres unis,fort loin des souffrances,

                     En toute pureté retrouvée en conscience,

                     Vivront pour toujours l’indicible bonheur.



L’ascension de nos pensées

                     Au-delà des effluves de cette réalité l’ascension de nos pensées,

                     Vers l’éternité supporteront-elles notre vérité,

                     Ou vers quel amour croisé en ces jours sauront-elles affirmer leur toujours,

                     L’existence est bien plus que l’évidence de nos apparences,

                     Notre esprit en permanence à la recherche de sa divine origine,

                     Sèment les graines de ses doutes ou de ses folies incomprises,

                     Est si vaste ce champ du temps et ses annales,

                     En l’éternité s’épanouiront les fruits de nos pensées,

                     Notre être alors tout au plaisir de comprendre qu’il n’est l’enfant du hasard,

                     Sera semeur des plus sincères,des plus humbles pensées.



Mère de mon enfance

                     Mère de mon enfance pourquoi ce combat en ma conscience,

                     Tu me guidais sur le chemin de l’espérance,

                     En ce présent je ne suis que soutien en ta souffrance,

                     Je reçois les mots de tes doutes,

                     J’entends la folie de tes incertitudes,

                     Je vois grandir ta solitude,

                     Que doit être l’amour de ma présence,

                     Pour tes derniers jours bien plus que ta seule descendance,

                     Ma mère,au fond de mon coeur,

                     Sais-je que nous sommes deux âmes soeurs destinées à rejoindre un même éternel bonheur,

                     Puissent nos regards croisés se confier cette éminente vérité.



Saluez le temps et ses jours

                     Saluez le temps et ses jours,

                     Sont-ils le voeu de votre amour,

                     Ainsi vivez et aimez,

                     Pour tant d’espérance aurez-vous la reconnaissance de votre éternité.



Amour perdu

                     Amour perdu ailleurs se retrouve,

                     Notre coeur sait ne perdre le fil du bonheur,

                     Quoi que dise le doute,la passion peut renaître en ces jours,

                     L’amant d’avant rejoint le temps et ses annales,

                     Quand l’ami surprise étonne l’âme,

                     L’amour alors retrouve ses précieux atours,

                     Réenchante le présent de l’existence,

                     Où nul regret n’entrave plus la voie de l’espérance,

                     Sera-t-il ce frère de coeur,sera-t-elle cette âme soeur,

                     La vérité marie toujours les êtres retrouvés,

                     Unis par un voeu mentionné en l’éternité.



N’aie peur

                     N’aie peur,va vers ton bonheur,

                     Ces jours feront la richesse de ton amour,

                     Ils sont la volonté de ton éternité,

                     Ne trahis ce voeu premier,

                     Cette éminence en ta conscience,

                     Tais ces réticences,ne vois-tu l’horizon de l’espérance,

                     N’aie peur,nul ne meurt,

                     Chacun retrouve son excellence,

                     Par la voie de tant d’expériences,

                     Chacun redécouvre la vérité de sa propre divinité.



Cette réalité limitée

                     Il ne suffit de saisir les jours,

                     Faut-il les offrir à notre amour,

                     Nulle fin pour notre divin destin,

                     Cette réalité limitée est don de notre éternité,

                     A l’épreuve des souffrances se jauge notre spirituelle endurance,

                     A l’ampleur de notre bonheur s’évalue la valeur de notre coeur.



12345...221

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie