L’amour d’une mère

                     Comment se défaire de l’amour d’une mère quand il devient délétère,

                     Pourtant jamais il ne quittera notre coeur,

                     Une mère croit toujours bien faire,

                     Pour tous serait son propre bonheur,

                     Quand bien même il exalte tous les contraires.



En vérité point de hasard

                     En vérité point de hasard,

                     Ce que les jours séparent,

                     L’amour le retrouvera,

                     Parce que le temps n’oublie rien,

                     Il trace pour chacun son chemin.



L’espoir

                     L’espoir est guide premier de nos destinées,

                     L’ami,l’amant de nos pensées,

                     Le porteur d’évidences pour nos consciences,

                     N’ignore-t-il la réalité de notre éternité,

                     Pour notre amour le besoin de ces jours,

                     L’espoir est chantre du bonheur en notre coeur,

                     De la souffrance son vainqueur,

                     L’espoir est le précieux passeur du divin savoir.



Tu vis,donc tu aimes

                     Tu vis,donc tu aimes,

                     Tu aimes,donc tu vis,

                     Ta compassion grandit la joie de ton coeur,

                     Ton pardon brise les chaînes sur le corps de ton âme,

                     Ton espérance illumine ce regard que tu offres à ton semblable,

                     Ton sourire s’en fait témoin,

                     Tout ce qui s’exprime en ces jours au nom de l’amour,appose le sceau du Divin.



Le pouvoir créateur de nos pensées

                     Comprenons le pouvoir créateur de nos pensées,

                     Gardiennes de notre passé,

                     Garantes de notre présent,

                     Accordons-leur toute notre volonté pour guider notre destinée,

                     Au coeur de toute pensée la mémoire d’un antique savoir,

                     D’un pur amour en vérité maître de nos jours,

                     N’ayons l’insolence de négliger le pouvoir créateur de nos pensées,

                     D’illuminer notre réalité de quelques rayons du soleil de notre éternité.



Cette joie qui t’a fait naître

                     Retrouve cette joie qui t’a fait naître,

                     Qui anime tout ce corps de ton paraître,

                     En vérité,bien au-delà encore,tout ton être,

                     Dirige tes pensées sur la voie de la vérité,

                     Par les douces vertus de la sincérité et de l’humilité propose tes jours pour l’absolu de ton amour,

                     Retrouve cette joie qui guidera tes pas vers la destinée de ta divinité retrouvée,

                     Aucune insolence en cette évidence,

                     S’accorder ce temps et ses difficultés sans se départir du sourire en son coeur,

                     Est saluer,sans plus les chaînes de la peur,

                     Son éternel bonheur.



Le dialogue intérieur

                     Au-delà de tout doute,de toute peur,

                     S’offre à chacun le dialogue intérieur,

                     La vérité d’un amour qui ne demande qu’à resplendir en ces jours.



Noël ou la fête des jours

                     Noël ou la fête des jours,

                     En décembre serait leur élu,

                     A sa charge d’honorer l’espérance,

                     D’évoquer fortes évidences au sein des consciences,

                     De rendre à la lumière sa prédominance,

                     De taire enfin l’ennui de la nuit en l’éternel de notre amour.



L’élite et l’idole

                     L’élite se recueille,

                     L’élite ose la fausse apparence du deuil,

                     L’élite laisse le peuple à la marge de l’adieu,

                     L’élite expose le talent du plus jeune d’entre eux,

                     N’est-il adombré par les rois nains au bras de leurs jeunes et belles dulcinées,

                     S’élèvent les mélodies de l’idole,

                     Chante encore le peuple ses paroles,

                     Sans autre égard pour ses pleurs,

                     L’élite impose son ultime importance.



Lui qui recherche la chaleur de mon humanité dans le froid de son âme

                     Qui es-tu pour me dire de ne tendre la main à mon semblable,

                     Lui qui recherche la chaleur de mon humanité dans le froid de son âme,

                     Au péril de ses jours il a surmonté de la mer et des montagnes tous leurs dangers,

                     Pourrait grandir son amour sur cette terre dite de liberté,

                     Pourtant est-il chassé,

                     Renvoyé aux doutes et pleurs de ses sombres pensées.



12345...226

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie