Ton bonheur est le mien

                      Ton bonheur est le mien,

                      Ta réussite est ton mérite,

                      Ta persévérance est enfant de ta conscience,

                      Que perdure ta volonté dans les pas de l’espérance,

                      Car ton bonheur est le mien,

                      Ta joie crée mon émoi,

                      Ton sourire  nourrit mon appétit de vivre,

                      Que demeure ton amitié près de ma sincérité,

                      Qu’elle retienne sans faillir mon humilité au coeur de ma vérité,

                      Que sans cesse elle embrasse mon âme en toute la tendresse de son éternité,

                      Qu’elle enlace mon être en toute l’allégresse de son amour,

                      Ton bonheur est le mien,

                      Il illumine le chemin de mon destin,

                      Qu’il soit cette évidence qui lève mon regard vers cet astre purement divin,

                      Sous sa bienfaitrice chaleur mon bonheur sera le tien.



Avec tant de questions

                     Avec tant de questions pouvons-nous naître,

                     Avec tant de réponses pourrons-nous mourir,

                     Avec tant de connaissances entendues auprès de l’espérance,

                     De vives certitudes pour tant d’habitudes,

                     Nous retrouverons notre vérité avec un profond désir de toujours vivre.



Qu’as-tu retenu de tout ce temps

                     Que répondras-tu à ton éternité quand elle te posera son essentielle question,

                     Qu’as-tu retenu de tout ce temps,

                     Quelle sera de ton coeur sa sincère réponse,

                     Quelle sera l’ampleur de ton oeuvre d’humilité,

                     Quelles seront les preuves de ta réelle compassion,

                     Qu’auras-tu édifié par l’art du partage,

                     Ton éternité exigera l’accompli de ta vérité,

                     L’ambition de ton amour en tous ces jours,

                     Que répondras-tu à ton éternité quand elle te soumettra aux exigences de ta propre divinité.



Ce que désire ton coeur fera ton bonheur

                     Ce que désire ton coeur fera ton bonheur,

                     Sa confidence en ta raison éveillera ton pardon,

                     Son conseil en ta conscience te guidera vers l’espérance,

                     Sois si sûr de cette éminente évidence,

                     Qui entend le désir de son coeur éloigne à jamais de son âme toute forme de peur.



Le nanti

                     Le nanti désigné en son confort perd son élégance,

                     Folle devient son éloquence,

                     Sa peur ébranle son bonheur,

                     Qu’il entende enfin la voix de ses semblables qui n’apprécient aucune fortune,

                     Bienfaisante pourra devenir son inquiétude.



Que ne rêve plus notre amour

                     En cette vie notre vérité est en sommeil,

                     Rêve encore et toujours notre amour,

                     Pourtant il est des êtres si éveillés,

                     Si conscients de leur éternelle réalité,

                     Ainsi s’exprime le repos de leur cœur,

                     Très tôt sont-ils sortis du silence de leur naissance,

                     Alors témoins de cet aspect si divin,

                     De cette noblesse exprimée par leur sagesse,

                     Leur vérité plus en sommeil,ne rêve plus leur amour,

                     Il guide leurs jours,leurs semblables sur la voie de leur espérance,

                     Vers l’éveil de leur propre vérité.



Après la parole

                     Après la parole l’étude du silence,

                     Le flot des pensées vers la conscience,

                     Des mots entendus,des mots dits leur vérité,

                     Leur pauvreté ou leur clarté,

                     Ils ne résisteront au filtre de l’éternité et son éminente exigence.



Ce voyage aux confins de notre amour

                     Naissons-nous pour entrer en ces jours,

                     Mourrons-nous pour en sortir,

                     Ce temps compté est un voyage aux confins de notre amour,

                     A la théorie de notre éternité s’impose la pratique de notre quotidienne réalité,

                     L’existence est choix de notre conscience,

                     Un vœu intense de notre cœur,nous sommes voués au bonheur,

                     Au plus intime de notre être  s’impose cette évidence,

                     En cette vie nous faut-il la retrouver,

                     Devons-nous faire preuve de notre grand mérite,

                     Nous fier sans faillir aux messages de l’espérance,

                     Débrider la force de notre pardon,témoigner la plus sincère compassion,

                     Parer notre apparence de la plus noble humilité,

                     Ne faiblissons notre volonté au cœur même de la souffrance,

                     Vivons ces jours en toute joie pour notre amour,

                     L’éternité saluera notre courage,

                     Notre abnégation pour retrouver la divinité de notre vérité.



J’ai vu les visages

                     J’ai vu les visages,

                     J’ai vu les regards,

                     J’ai vu les sourires,j’ai vu les larmes,

                     J’ai vu l’espérance qui enlaçait ces âmes,

                     J’ai vu l’éternité de mes semblables.



L’instant plaisant

                     Combien attendent l’instant plaisant,la sublime rencontre,

                     Oui cet être qui éveillera un cœur insensible au bonheur,

                     Moteur d’un véhicule en panne du carburant des sentiments,

                     Combien se posent toujours la même question,

                     Passent les jours,sans réponse demeure leur amour,

                     Pourtant l’espérance entend l’effort en conscience,

                     L’appel sincère de l’âme en souffrance,

                     L’humble combattante des doutes,

                     Guerrière tout entière au devant des regrets,

                     Sait-elle déjà que viendra la fin du combat,

                     Qu’elle se tienne prête,élégante en son éternelle apparence,

                     Vient pour elle l’instant plaisant,

                     La sublime rencontre qui éveillera son cœur au plus sublime bonheur.



12345...249

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie