A toi mon semblable d’un ailleurs

                     A toi le semblable d’un ailleurs,

                     Là-bas as-tu laissé ton bonheur prisonnier des peurs,

                     Quand cessera la guerre des esprits délétères,

                     Des fous tueurs de leur amour,

                     Pour oublier ce passé ta volonté t’a posé sur la route des jours,

                     Mais ton chagrin n’est jamais loin,

                     Dans le noir de la nuit ne se retiennent plus tes pleurs,

                     Perdurent-ils encore en cet éveil bercé d’ignorance,d’inconscience,

                     D’insolence ou de bien d’autres souffrances,

                     Elles encore,mais sont-elles maîtresses sur cette Terre,

                     Faut-il,au péril de sa vie,traverser les mers pour retrouver un autre enfer,

                     A toi mon semblable d’un ailleurs je veux offrir l’abri de mon coeur.



Les sens cachés

                     A chacun le soin,la volonté de dévoiler les sens cachés,

                     Intime effort pour un précieux réconfort,

                     N’est-il folie de traduire la vérité de toute une éternité en cette réalité,

                     A chacun le soin de son bonheur pour assouvir la volonté de son coeur,

                     Pour lui,en ces jours,les sens cachés se proposent à son amour.



L’atelier des jours

                     En l’atelier des jours les êtres façonnent leur amour,

                     Ont-ils cette intime espérance,

                     Leur oeuvre rencontrera l’éternelle reconnaissance,

                     Pour tant d’humbles labeurs s’offrira un précieux bonheur en leur coeur,

                     Les ouvriers fort doués en cet atelier ont la mémoire d’un éminent passé,

                     D’une origine sans doute divine,

                     Ont-ils cette puissante particularité,

                     Savent-ils aimer.



Prends conscience de ton importance

                     Prends conscience de ton importance dans le grand cercle d’évidence,

                     Grande sera ta récompense au bout de ta persévérance,

                     Pour chacun l’oeuvre de vérité,

                     Vainqueur de la souffrance ta sincérité sera saluée,

                     Ton humilité témoignera ton intégrité,

                     Enfant de l’éternité révèle l’excellence de ton amour en l’honneur de tous ces jours,

                     Prends conscience de ton importance en la divine infinité.



Les mots qui ne meurent

                     Il est des mots qui ne meurent,

                     Créateurs de bonheur devant lesquels s’incline la peur,

                     Paroles d’espérance que n’oublie notre conscience,

                     Expressions de pardon qu’entend et accepte le plus pur de notre être,

                     Les mots pourtant invisibles mais qui régénèrent tout un paraître,

                     Quand renaît le sourire sur ce visage qui fait fi de son âge,

                     En cette âme qui sait son amour resplendir davantage,

                     Quand son éternité dévoile par les mots sa vérité.



Jours de peur ou de bonheur

                     Jours de peur ou de bonheur le temps passe et ne repasse,

                     L’existence jamais n’ignore notre conscience,

                     Car rien n’est oubli tout nous enseigne,

                     L’espérance demeure encore en ces instants de souffrance et de peine,

                     Rendons tout honneur à ces formes tout en vibrance comme à ces pures couleurs,

                     Comprenons ou retrouvons en notre coeur cette évidence,

                     Vivre est rendre vérité à notre éternité.



Au temps

                     Le temps t’offre son présent,

                     Son passé s’efforce d’oublier tes regrets,

                     Son avenir s’apprête à accueillir tes plaisirs tout en souvenirs,

                     Ne le déçois sois toi,

                     Le temps est patient mais fort tôt l’éternité lui reprendra ta vérité,

                     Dès cet instant dévoile au temps et ses jours tout ton amour.



Le plus pur de tes pensées

                     Sois si sûr que le plus pur de tes pensées aura le salut de ton éternité,

                     Ainsi ce voeu le plus cher,

                     Traduirait-il en tes prières leur aspect des plus sincères,

                     Pour l’être à l’oeuvre de sa vérité rien n’est oubli en son coeur,

                     Sans fatigue aucune construit-il le temple de son bonheur,

                     Bel ensemble d’amour édifié à l’espérance des jours,

                     Sois si sûr que par le seul désir de ta volonté te sera révélé ta propre divinité,

                     Qui sait vivre sait aimer,

                     Ainsi le plus éminent secret qui pourrait surprendre tes pensées.



L’être au plus près de sa vérité

                     L’être au plus près de sa vérité exulte ses dons,

                     Libère ses certitudes pour accomplir l’oeuvre de son pardon,

                     Sa conscience s’offre l’effort de cette existence,

                     Le sourire de son regard salue toujours l’horizon de l’espérance,

                     Au-delà de cette barrière des jours demeurera son amour,

                     Au coeur de son évidence moindres seront les regrets plus ample sera le bonheur de son éternité,

                     L’être au plus près de sa vérité est l’artiste de sa propre divinité.



Par l’ancestral savoir

                     L’être qui vit ses jours en toute plénitude ne s’offre nul repos,

                     Toute son existence est réjouissance,

                     Jamais son âme ne perd de vue l’horizon de l’espérance,

                     Son savoir-faire traduit une éternelle connaissance,

                     L’art né en ses mains,par ses couleurs,

                     Par ses formes ou par ses mots révèle une éminence,

                     Une allégresse d’une pure sagesse,

                     Cet être et son étonnante prestance,en vérité,

                     Sait son devoir par son ancestral savoir de dévoiler en ses semblables tout l’aspect divin de leur amour,

                     Un perpétuel bonheur qui n’attend que la volonté de leur coeur.



12345...221

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie