Humanité

                     Qui taira l’ignorance,

                     Qui rendra au seul passé la violence,

                     Qui ouvrira pour tous les portes de la connaissance,

                     Quand nos jours seront les seuls serviteurs de notre amour,

                     Quand notre intime sagesse permettra le partage des richesses,

                     Qui rendra à l’existence sa première noblesse,

                     Son identité originelle en toute sa divinité,

                     Quand serons-nous à l’oeuvre de la vérité,

                     Cette réalité sera digne de porter ce noble nom que la science du temps lui a donné,

                     Humanité.



Le précieux instant

                     Le précieux instant déchire le voile de la peur,

                     Pour notre coeur offre-t-il quelques heures de bonheur,

                     Le précieux instant ordonne aux doutes et regrets le silence,

                     Pour ce court présent est-il l’hôte de notre conscience,

                     Le passager fort aimé du véhicule de nos sens,

                     Le précieux instant surprend nos jours pour le plus grand plaisir de notre amour.



Le sexe en toute sa vérité

                     Qui saura définir le sexe en toute sa vérité,

                     La plus ample jouissance entre deux êtres n’est-ce l’amour qui les assemble,

                     Qu’importe parfois la nature de leurs corps quand s’exprime en toute éminence l’évidence,

                     Deux coeurs unis dans un même bonheur avouent leur éternité,

                     Au plus près du divin nul féminin,nul masculin.



Nos traces

                     Partout sont nos traces,en vérité rien n’est oubli,

                     En tout lieu,en toute chose se grave notre passage,

                     Toujours nous demeurons,jamais ne sommes-nous partis,

                     Sommes-nous là,de notre ami,en ses souvenirs,

                     Quand notre âme soeur perdure notre présence,

                     L’oeuvre de l’amour se poursuit bien au-delà des jours,

                     Les semblables amants ont cette certitude en conscience,

                     Leurs mots ne sont même plus espérance,

                     Savent-ils ce passé qui se renouvelle en pensées reconnu par l’éternité,

                     Chacune de nos traces en cette réalité dévoile de notre coeur les couleurs de son bonheur,

                     Puissent-elles avoir l’éclat d’une divinité presque retrouvée.



Pour chaque être de cette Terre

                     N’est-il possible sur cette Terre le partage des jours,

                     Pour chacun son droit à la vie,au bonheur pour son coeur,

                     Pourquoi ce seul choix de la souffrance,

                     Eux nos soeurs et frères d’une autre couleur,

                     D’un autre continent et sa vaste frontière qu’est l’océan,

                     Comment osons-nous dire que notre richesse ne saurait atteindre leur sagesse,

                     Leur désir d’ouvrir leur amour à tous les possibles de ces jours,

                     Pour chaque être de cette Terre le droit d’être fier,

                     D’offrir cette réalité au voeu premier de leur éternité,

                     En vérité de vivre et d’aimer.



Gagnons notre liberté

                     Gagnons notre liberté,aimons,

                     Que s’émancipe notre coeur,pardonnons,

                     Dévoilons notre confidence aux jours de cette existence,vivons,

                     A l’épreuve des souffrances se présente notre être,espérons,

                     Considérons cette réalité toute vouée à la vérité de notre éternité,

                     Alors sans plus de peurs soyons,

                     Pour toute notre divinité retrouvée gagnons notre liberté,aimons.



Les chantres de l’ordre

                     Les chantres de l’ordre pactisent dans l’ombre de leurs incertitudes,

                     De leur folle turpitude avec la violence,

                     Depuis des lustres font-ils fi de leur conscience,

                     Les chantres de l’ordre cite la morale et n’hésite à rendre l’art lui-même illégal,

                     Réécrivent-ils à leur guise tout un pan de l’histoire,

                     Sans aucun scrupule les chantres de l’ordre imposent le non-sens de leurs mensonges,

                     Quand le véritable ordre est une évidence au coeur de chaque être en ce vaste monde,

                     A-t-il ce noble nom que les chantres de l’ordre ne peuvent prononcer sans honte,

                     Eux qui se veulent maîtres des jours,

                     Puissent-ils enfin,comme tout un chacun,être si dignes de leur amour.



Mon infini

                     Sur le chemin de la vie je recherche mon infini,

                     Passent les années,grandit encore mon intime évidence,

                     Car sans virulence s’impose son éminence,

                     Oui je saisis la valeur de cette réalité pour tout l’honneur de mon éternité,

                     Aurai-je acquis tant de sagesse que pure sera redevenue mon allégresse,

                     Mon état de joie saura le divin de mon amour,

                     Mon infini sans plus le besoin des jours.



Tu doutes dis-tu

                     Tu doutes dis-tu,grand bien qu’il en soit ainsi,

                     Faut-il tant douter pour être libre,

                     Les jours ne se combattent,ils se comprennent,

                     Notre amour leur propose son provisoire paraître,

                     Cette ponctuelle apparence et sa perpétuelle conscience,

                     Sait-elle tant de peurs en son coeur,

                     Folles incertitudes qui brident son bonheur,

                     Pour libérer cet état vis-tu ce temps d’existence,

                     Pour faire tienne la vérité de l’espérance,

                     La mort n’existe pas,

                     L’éternité dévoile son évidence en chacun de tes pas,

                     Comprends tout aussi,mon ami,que grande valeur ont en ton être chacun de tes trépas,

                     Tu doutes dis-tu,n’oublie simplement de vivre,

                     Exulte ton amour et ses divins atours,

                     Qu’ils resplendissent en toute joie par la pure couleur de ton aura.



En vérité l’espérance n’a nul besoin de religion

                     En vérité l’espérance n’a nul besoin de religion          

                     En sa grande liberté nul prophète n’en fait mention,

                     Seul le temps et les esclaves de son présent sont les gardiens de ces institutions,

                     L’être amant de l’existence alors chantre de la joie,

                     Artiste des couleurs ou créateur de mille bonheurs est témoin de l’espérance,

                     Son amour en ces jours si sincère,si humble,influence en toute constance tant de pensées,

                     Il magnifie par son aura quasi divine toute chose,tout corps de cette réalité,

                     Pour chacun sa trace éternelle,

                     Pour chacun tous les possibles d’une identique destinée,

                     Pour chacun le choix de l’espérance,

                     En vérité oui,pour chaque enfant de la vie,

                     Nul besoin de religion,sa foi ne saurait être une prison.



12345...215

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie