Pour belle nature

                     Point d’instant interdit pour honorer belle nature de nos plus précieux soins,

                     Qui offre son labeur aux arbres et aux fleurs entretient son propre bonheur,

                     Se sait-il invité en ces jours,

                     Ainsi leur dévoile-t-il la vérité de son amour,

                     Il danse en cette existence en toute joie de sa conscience,

                     Près de toute forme de cette réalité il traduit le don de son espérance,

                     Il exulte son plaisir de vivre au sein de belle nature que ce temps se nomme lundi ou dimanche.



L’amitié

                     L’amitié ou cet autre amour,

                     Cette évidence qui bonifie les jours,

                     L’amitié libèrent les coeurs à tous les possibles du bonheur,

                     L’amitié a les mots de l’espérance qu’elle dispense en sincère confidence,

                     Les amis alors ou ces autres amants,

                     Etres qui se reconnaissent sans paresse en une même allégresse,

                     L’amitié toute en vérité connaîtra son éternité.



Couleur printemps

                     Alors l’espérance pose le jaune sur les jours de l’existence,

                     Les fleurs du printemps nous invitent à de nouvelles réjouissances,

                     Que chante notre coeur,notre bonheur s’éveille à son évidence,

                     Le blanc éternel offre le jaune de sa perpétuelle régénérescence,

                     Les divines couleurs libèrent notre joie pour tout le bien de notre conscience.



Jeunesse insouciante

                     Que demeure insouciante la jeunesse,

                     Bien assez tôt devra-t-elle s’occuper de sa sagesse,

                     Que prédomine son désir,viendra vite le temps du seul plaisir,

                     Ainsi s’ordonne la danse des jours pour tout le bénéfice de notre amour,

                     Pour tout le bonheur de notre éternelle jeunesse,

                     Pour tout l’honneur de notre divine sagesse.



Les Droits de l’Homme ou quand les consciences proclament leur évidence

                     Les consciences proclament leur évidence,

                     Pourtant bien ailleurs demeure leur importance,

                     Les intérêts,sujets du roi argent,dictent leurs lois,

                     Mais toujours l’amour retrouve sa noble place en ces jours,

                     Dit-il le partage,la compassion,la reconnaissance,

                     Délivre-t-il pour tous de la fraternité son éminence,

                     A sa suite les consciences proclament leur évidence,

                     Les Droits de l’Homme ou l’expression d’une éternelle vérité,

                     Car qui nuit à la liberté,à l’égalité,

                     Qui à son semblable inflige la souffrance,

                     Renie tout le sens de son existence,

                     Qu’il entende son coeur,il retrouvera son divin,ou du moins son premier bonheur.



Le bonheur défini

                     A l’apogée de notre vérité saurons-nous définir le bonheur,

                     Quand serons-nous en cet état de grâce hors de tout doute,

                     Libérés de toute peur,

                     En la sagesse de l’être le bonheur définit sa richesse,

                     Vit-il ses jours au courage de son amour,

                     A nous le bonheur,

                     Car à nous tous les possibles vers l’excellence de notre coeur.



Les précieuses rencontres

                     Les précieuses rencontres nourrissent notre connaissance,

                     Ainsi l’utilité de cette existence,

                     Les précieuses rencontres nous sont présentées par l’espérance,

                     Entrent-elles dans le cercle vertueux de notre bonheur,

                     Sont-elles récipiendaires de notre honneur,

                     En nos jours d’un seul passage ou reconnues âmes soeurs,

                     Les précieuses rencontres dévoilent les plus nobles,seraient-ils si divins,

                     Atours de notre amour.



Nous avons la vie en héritage

                     Nous avons la vie en héritage,

                     Ayons cette évidence en partage,

                     Ne renions le plaisir de nos sens,

                     Eux qui marquent nos souvenirs de plaisirs intenses,

                     Tant de vibrations,tant d’émotions,

                     Tant de couleurs pour l’éternel de notre bonheur,

                     Oui la vie dès maintenant,en ce présent comme avant,

                     Comme toujours,ainsi l’exige notre amour,

                     Grande peut être l’exigence de notre souffrance,

                     Pourtant nous tairons les doutes,rendrons à l’oubli les regrets,

                     La vérité renaîtra en notre conscience,

                     Nous sommes enfants de la vie,nous retrouverons notre divinité.



La mer

                     La mer et la beauté du monde,

                     La mer et son infini tout à la ronde,

                     La mer et sa puissance qui en appelle au meilleur de notre exigence,

                     La mer au calme revenu réceptacle de nos pensées,

                     Alors enseignante de notre humilité,

                     La mer,quand viendra le temps,reprendra ses terres,

                     En sera-t-il des Dieux et leur colère,

                     Nul ne défie la mer,chacun lui accorde l’éternel de sa conscience,

                     La mer accueille notre amour en la réalité de ses jours.



Le grand Homme et son oeuvre d’entraide

                     Le grand philanthrope est une grande âme,

                     Sa trace laissée guide encore tant de destinées,

                     Pour fonder cette oeuvre d’entraide était-il né,

                     Glorieux demeurera son passage,

                     L’institution enfant de ses décisions apaise les souffrances,

                     Soigne les corps et les coeurs par voie de conséquence,

                     Quand les esprits délétères sèment leur folle guerre,

                     S’impose en toute espérance,en toute reconnaissance,

                     Pour cette humanité toujours en quête de vérité,

                     Le grand étendard et son emblème rouge de ce sang qu’il est si fou de verser,

                     Le grand homme l’aurait affirmé,

                     L’humanité doit cesser d’insulter son éternité.



12345...213

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie