Perce ton secret

                     Perce ton secret,

                     Offre la liberté à ta vérité,

                     Dévoile en plein coeur des jours la plénitude de ton amour,

                     L’ambition de ton pardon,

                     La pure couleur de ton bonheur,

                     Perce ton secret,

                     Comprends l’ambition ultime de ton éternité.



Qui est l’exemple

                     Qui est l’exemple,qui est le guide,

                     Qui est l’indicateur de l’espérance,

                     Qui dévoile l’éternelle vie,

                     Qui est le témoin du jour sans fin de l’amour accompli,

                     L’être sans peur dont la souffrance même n’atteint son intime bonheur.



Ignore le hasard il n’existe pas

                      Ignore le hasard,il n’existe pas,

                      Tout se pose,tout se propose en ces jours pour éveiller ton amour,

                      Telle amitié,telle étonnante rencontre,

                      Destinées vouées à s’entraider,

                      Sans mal se reconnaissent-elles,

                      L’instinct rassemble les ancestrales connaissances,

                      Notre coeur a la mémoire de notre éternel présent,

                      Où ta passion te mène,ta vérité se révèle,

                      Ignore le hasard,il n’existe pas,

                      Le vol même du papillon qui précède tes pas porte le message de ses couleurs,

                      Offre ta volonté à toute la science de l’existence,

                      Comprendras-tu que le bonheur est au bout du chemin,

                      Seras-tu ravi de quitter ces jours fort,pour ton amour,de riches nouvelles évidences.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Les précieuses traces de l’enfance

                     Les précieuses traces de l’enfance,

                     Les pas de notre être en toute innocence,

                     Quand est venu le temps de l’espérance,

                     Les souvenirs de l’enfance guident notre conscience.



L’agent de l’espérance

                     Voyons ce printemps ressusciter la vie minérale,

                     Assembler en couples nombre de cet ensemble animal,

                     Eveiller en nous le divin de nos âmes,

                     Le printemps rapporteur de lumière,

                     Comme ambassadeur d’une éternelle ère,

                     Par l’acte de sa renaissance que viennent en nos êtres tant d’évidences,

                     Que s’éloignent les doutes d’un trop long hiver,

                     Le printemps alors agent de l’espérance,

                     Bienfaiteur en ces jours de notre amour,

                     Qu’il oeuvre,en toute sa splendeur,en notre conscience.



Nos anciens fêtaient les saisons

                     Nos anciens fêtaient les saisons,

                     Comprenaient l’espérance du bourgeon,

                     Savouraient le bonheur des premières fleurs,

                     Dieu que le printemps,à leurs yeux,avait ce pouvoir de chasser les peurs,

                     De ressusciter l’amour en ce royaume des jours.



A quoi sert de fuir

                     A quoi sert de fuir quand toujours reviennent les peurs,

                     Les empêcheurs de bonheur,

                     Qui affronte avec courage les difficultés,

                     Libère vers d’autres évidences,

                     Sur le vaste chemin d’espérance,

                     Son coeur de vérité.



Te souviens-tu de moi

                     Te souviens-tu de moi,

                     Toi partie vers d’autres émois,

                     Malgré mon enfance je succombais à ton élégance,

                     Tu étais reine du royaume de mes joies,

                     Pour mes souvenirs tu me rendais mille sourires,

                     Le temps est passé mais rien n’est effacé,

                     Nos âmes séparées sauront se retrouver.



Le plaisir

                     Qui peut définir le plaisir,

                     Mon plaisir n’est le tien,

                     Toi seul sait ce qui fera pour ton âme son bien,

                     Le plaisir ou quand le coeur se complaît en les divines couleurs de la fleur du bonheur.



Nos traces

                     Partout sont nos traces,en vérité rien n’est oubli,

                     En tout lieu,en toute chose se grave notre passage,

                     Toujours nous demeurons,jamais nous ne sommes partis,

                     Nous sommes là,de notre ami,en ses souvenirs,

                     Quand notre âme soeur perdure notre présence,

                     L’oeuvre de l’amour se poursuit bien au-delà des jours,

                     Les semblables amants ont cette certitude en conscience,

                     Leurs mots ne sont même plus espérance,

                     Savent-ils ce passé qui se renouvelle en pensées reconnu par l’éternité,

                     Chacune de nos traces en cette réalité dévoile de notre coeur les couleurs de son bonheur,

                     Puissent-elles avoir l’éclat d’une divinité presque retrouvée.



12345...255

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie