Il prépare son départ

                     Que les enfants comprennent,leur père n’est déjà plus de cette ère,

                     Il prépare son départ,

                     Il n’est plus trop tôt ou trop tard,c’est juste l’heure,

                     Son dernier bonheur en ce temps sera un dernier partage,

                     En toute innocence d’une enfance qui semble renaître,

                     Il sourit,pour mieux dire,il aime,

                     Que les enfants comprennent,point sénile n’est leur père,

                     Son âme prépare le grand voyage,

                     Ferme la valise des souvenirs,

                     Sa vérité n’est déjà plus de ce temps,

                     Mais en la réalité de son éternel présent.



Chaque instant possède son trésor de présent

                     Chaque instant possède son trésor de présent,

                     Une évidence que peut saisir notre espérance,

                     Un sourire porteur d’un pur plaisir,

                     Un regard qui affirme qu’il n’est jamais trop tard,

                     Une confidence qui se fait amie de notre conscience,

                     Chaque instant possède sa part de vérité comme issue de l’éternité.



A vieillir

                     Mon enfance mariait les différences,

                     Mon innocence mélangeait les couleurs,

                     Mon espérance assemblait les êtres,

                     Ma conscience combattait les souffrances,

                     A vieillir perdons-nous nos certitudes,

                     Soumis à nos doutes par folle habitude,

                     Ou prisonniers des regrets par folle attitude,

                     Que revienne,quand bien même cette immédiate vieillesse,notre éternelle jeunesse,

                     Que revive dès ce temps notre divine sagesse,

                     Que s’exprime enfin,en toute liberté de cette inique personnalité,

                     Notre amour en ces jours.



Mémoire,mémoire

                     Mémoire,mémoire,

                     Que retiendras-tu de tout ce savoir,

                     De tous ces jours acceptés par notre amour,

                     Quelle nouvelle science de tous ces plaisirs et souffrances,

                     Doutes et espérances,

                     Sauras-tu affirmer que plus grande est notre conscience,

                     Plus vaste notre vérité au sein de l’éternité.



Près du lieu des plus anodins

                     Près du lieu des plus anodins s’éveille pourtant l’évidence,

                     Se révèle la beauté en nos pensées,

                     Pour l’espérance chaque seconde de cette existence a son importance,

                     L’âme qui ne doute,qui combat sans peur pour l’honneur de son bonheur,connaît sa chance,

                     Sait ces jours outils fort utiles pour son amour,

                     Comprend que chaque espace de ce temps est don de l’éternité à sa vérité,

                     Près du lieu des plus anodins,comme près du palais des princes,se propose l’inédite allégresse,

                     Pour peu que cesse en nos sens leur folle paresse.



Pour chacun le devoir de sagesse

                     Pour chacun le devoir de sagesse,

                     Pour chacun ces jours pour grandir son amour,

                     Le sublimer de nouvelles vérités,

                     L’élever au parfait de sa divinité,

                     Pour chacun la chance d’être meilleur,

                     D’entrevoir son perpétuel bonheur,

                     Pour chacun le choix de taire ses regrets,

                     Sans peur,sans doute de toujours avancer,

                     Pour chacun le devoir de sagesse,

                     Pour chacun l’ambition d’une éternelle allégresse.



Toi qui es né

                     Toi qui es né qu’attends-tu pour vivre,

                     Lève ton envie et aime tes jours,

                     Oeuvre sans fin par le sublime de ton amour,

                     Qu’importe ton apparence sur le chemin de l’espérance,

                     Cette existence évalue ton exigence,

                     L’ampleur de ta vérité sous les cieux de cette réalité,

                     Toi qui es né qu’attends-tu pour honorer ton éternité.



Merci

                     Merci pour votre bonjour,

                     Merci pour votre regard,

                     Merci pour votre amitié passagère,

                     Merci pour votre attention que je veux croire des plus sincères,

                     Merci pour votre amour qui illumine un instant de mes jours.



La force de l’âme

                     La force de l’âme ou le véritable caractère,

                     De cet être et la force de sa compassion,

                     Le courage de son pardon,

                     Son conseil des plus visionnaires,

                     Son espérance guide pour tant de consciences,

                     La force de l’âme ou un amour libre d’exulter en ce royaume des jours.



Ils ont laissé chanter le silence

                     Nombreux étaient-ils,pourtant ils ont laissé chanter le silence,

                     La mélodie d’une divine harmonie par la voix de leurs pensées,

                     Ils étaient unis par la vérité,

                     L’amour surprend parfois le cours de nos jours,

                     Nous rassemble en son choeur d’évidence,

                     Pour que chantent nos coeurs l’hymne de l’espérance.



123456...249

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie