Le corps ne peut mentir le désir du coeur

                     Vient toujours l’instant où le corps ne peut mentir le désir du coeur,

                     Volonté d’aimer ou d’honorer son bonheur,

                     Cette intime noblesse qui ne s’exprime qu’en pure sagesse,

                     Quête de jouissance pour cette conscience en mal d’espérance,

                     Le corps ne peut mentir le désir du coeur quand il tait les peurs,

                     Qu’il s’avance vers l’amant de ce temps,

                     Cet être choisi pour son paraître,

                     Sera-t-il l’âme soeur,le frère aimant si sûrement,

                     Le corps ne peut mentir le désir du coeur,

                     Le choix de son maître amour en ces jours.



L’être qui fait les lois

                     Quand l’être qui fait les lois ne s’en impose aucune qu’il ne s’étonne qu’on le chahute sans autre égard,

                     Lui l’élu,lui le représentant du pacte de confiance,

                     Comment peut-il trahir la commune évidence,

                     Sa richesse hors de toute sagesse nuira longtemps à sa profonde allégresse,

                     Les tourments de son dernier présent ne sont rien comparés à tous ces doutes,

                     Tous ces regrets pour longtemps en son coeur installés,

                     Son amour n’est en cause,il aime mais aime-t-il suffisamment quand il prélève sur le bien commun une part qui ne lui revient pas,

                     L’être qui fait les lois jamais ne pourra se soustraire à l’éternelle loi,

                     Elle qui régit en toute espérance nos consciences.



Ton bonheur est le mien

                      Ton bonheur est le mien,

                      Ta réussite est ton mérite,

                      Ta persévérance est enfant de ta conscience,

                      Que perdure ta volonté dans les pas de l’espérance,

                      Car ton bonheur est le mien,

                      Ta joie crée mon émoi,

                      Ton sourire  nourrit mon appétit de vivre,

                      Que demeure ton amitié près de ma sincérité,

                      Qu’elle retienne sans faillir mon humilité au coeur de ma vérité,

                      Que sans cesse elle embrasse mon âme en toute la tendresse de son éternité,

                      Qu’elle enlace mon être en toute l’allégresse de son amour,

                      Ton bonheur est le mien,

                      Il illumine le chemin de mon destin,

                      Qu’il soit cette évidence qui lève mon regard vers cet astre purement divin,

                      Sous sa bienfaitrice chaleur mon bonheur sera le tien.



Qu’as-tu retenu de tout ce temps

                     Que répondras-tu à ton éternité quand elle te posera son essentielle question,

                     Qu’as-tu retenu de tout ce temps,

                     Quelle sera de ton coeur sa sincère réponse,

                     Quelle sera l’ampleur de ton oeuvre d’humilité,

                     Quelles seront les preuves de ta réelle compassion,

                     Qu’auras-tu édifié par l’art du partage,

                     Ton éternité exigera l’accompli de ta vérité,

                     L’ambition de ton amour en tous ces jours,

                     Que répondras-tu à ton éternité quand elle te soumettra aux exigences de ta propre divinité.



Le don du temps

                     Nous avons reçu le don du temps,

                     Ne gâchons notre présent,

                     Que si moindres soient nos regrets,

                     Que voyage sans peur notre vérité,

                     Avec plaisir soyons les créateurs de nos perpétuels souvenirs,

                     Fort tôt notre amour quittera ces jours,

                     S’évadera de cette réalité pour retrouver son éternité,

                     Mais notre conscience exige cette parenthèse d’exigences,

                     Ce flot d’évidences dans les pas de l’espérance,

                     Nous avons reçu le don du temps,

                     Soyons dignes de cette offrande juste divine.



Le précieux exemple

                     Pour être chantre de l’exemplarité faut-il être ce précieux exemple,

                     Mais qui l’est en ce temps,

                     En ce présent de toutes les convoitises,

                     Nul ne l’est en ce monde du roi plaisir,

                     L’argent impose sa jouissance,

                     Il n’a que faire de la conscience,

                     En ces jours où chacun est soumis aux désirs,

                     Comment se définir parfait,

                     Qui l’ose et qui pourtant ne l’est,

                     Est-il fou et ne doit s’étonner que l’on découvre ses vices,

                     Quand de plus est-il en fait le pire des cupides,

                     Est-il fou oui,

                     Car dès maintenant son propre amour souffrira pour toujours.



Comprenons notre chance

                     Comprenons notre chance,

                     S’offre à nous l’immense connaissance,

                     La divine science que toute âme peut comprendre,

                     Pour peu qu’elle retrouve son intime vérité,

                     Qu’elle fasse sienne l’oeuvre d’humilité et de sincérité,

                     Qu’elle avoue à ses jours l’intensité de son amour,

                     Comprenons notre chance,nous sommes enfants de l’existence,

                     Point seulement de ce temps mais bien davantage de l’éternel présent,

                     Pour chasser les peurs en notre coeur sommes-nous vivants.



Le temps où on ne comptait le temps

                     C’était le temps où on ne comptait le temps,

                     Le labeur durait de tout son nécessaire,

                     Chacun savait ce qu’il avait à faire,

                     Tous perduraient sans faillir,en tout plaisir,ce présent,

                     L’entraide,le partage,sans loi aucune,s’imposaient en toute leur noblesse,

                     Quand tous entendaient la parole de l’ancien,en vérité toute sa sagesse,

                     La faute ne s’ignorait,s’entendait et s’ordonnait en conscience,

                     Chacun recevait les conseils de l’espérance,

                     Tous ignoraient la peur car chacun savait cette réalité au service de son éternité.



Le noble sens

                     Au silence de nos premiers sens que s’ouvrent nos autres capteurs d’évidence,

                     Sans voir,sans entendre pourrions-nous deviner notre essentielle importance,

                     Saurions-nous cette autre lumière,cet autre son,

                     L’amplitude de notre être vrai,lui hors de cette apparence,

                     Lui qui jouit de son amour malgré le défaut de ces jours,

                     Que s’ouvre en cette réalité ce noble sens tout au fait de notre éternité.



Le fil de l’espérance

                     Ne romps le fil de l’espérance,

                     Suis le sens de son infini,

                     Te guidera-t-il vers ton excellence,

                     Vers le parfait de ton être accompli,

                     Vers ton éternel bonheur en toute son éminence,

                     Sur le chemin de tes erreurs retrouve le fil de l’espérance,

                     L’avais-tu quitté lors du passé de tes regrets,

                     Saisis-le sans faillir par toutes les certitudes de ton présent,

                     Seront-elles évidences de ton avenir,

                     Evolueras-tu enfin vers l’oubli de tes ancestrales souffrances,

                     Le fil de l’espérance te mènera vers ta vérité retrouvée,

                     Vers ton divin sans plus jamais de chagrin,

                     Vers ton amour pour toujours.



123456...212

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie