Sur le chemin de la vérité

                      Sur le chemin de la vérité je rencontre ma liberté,

                      Vers la chaleur de l’espérance je délaisse les vêtements de mes peurs et regrets,

                      L’éminente évidence inspire ma conscience,

                      Mon coeur entrevoit le retour de son premier bonheur,

                      Sur le chemin de la vérité je comprends ma divinité,

                      Dans le regard de mon semblable je définis cette réalité,

                      Sur le chemin de la vérité j’exulte au fil des jours tout le savoir de mon amour,

                      Dieu qu’il est bon d’être libre en toute la vérité de son éternité.



Aimer ou retrouver sa vérité

                     Aimer ou retrouver sa vérité,

                     Toute l’ambition de son éternité,

                     Au-delà des jours l’essentiel est amour,

                     Aimer encore et pardonner,

                     Compatir sans faillir,

                     Combattre les peurs par toute la force de son intime bonheur,

                     Dire et enseigner les mots de son coeur,

                     Taire en toute constance ses regrets,

                     Rassembler les saisons en un perpétuel présent,

                     Ainsi est la connaissance du plus grand des savants,

                     L’ample science dévoilée par sa conscience,

                     Mais apprend-il à son tour,

                     Défie-t-il la souffrance par la force de son amour,

                     A chacun cette volonté,

                     Cette certitude en ses pensées,

                     Aimer alors et retrouver sa vérité.



Que naisse notre évidence

                     Que naisse notre évidence en ce pays de l’espérance,

                     Pour elle les champs de certitude,

                     La terre nourricière pour ses plus nobles habitudes,

                     Le ciel protecteur pour taire à jamais ses plus intimes peurs,

                     Que notre conscience comprenne enfin l’éternel de son existence,

                     Quand saura-t-elle l’éminence de cet ensemble de jours,

                     Que pour sa divinité retrouvée elle y dévoile son amour,

                     Que naisse notre évidence en ce pays de l’espérance,

                     Que fort tôt notre être enfant devienne l’adulte en toute sa vérité exprimée.



Une étincelle de bonheur

                     Suffit-il une étincelle de bonheur pour ouvrir les coeurs,

                     Une énergie d’espérance pour éveiller les consciences,

                     Une humble destinée pour soulever les volontés,

                     Un être si sûr de son amour pour être guide en ses jours,

                     Puissante est l’oeuvre de confiance,

                     Suffit-il une étincelle de bonheur pour déclencher son feu de joie,

                     Bienheureux est le porteur de la flamme éternelle qui par sa lumière rend la vie si belle.



Pour belle nature

                     Point d’instant interdit pour honorer belle nature de nos plus précieux soins,

                     Qui offre son labeur aux arbres et aux fleurs entretient son propre bonheur,

                     Se sait-il invité en ces jours,

                     Ainsi leur dévoile-t-il la vérité de son amour,

                     Il danse en cette existence en toute joie de sa conscience,

                     Près de toute forme de cette réalité il traduit le don de son espérance,

                     Il exulte son plaisir de vivre au sein de belle nature que ce temps se nomme lundi ou dimanche.



L’amitié

                     L’amitié ou cet autre amour,

                     Cette évidence qui bonifie les jours,

                     L’amitié libèrent les coeurs à tous les possibles du bonheur,

                     L’amitié a les mots de l’espérance qu’elle dispense en sincère confidence,

                     Les amis alors ou ces autres amants,

                     Etres qui se reconnaissent sans paresse en une même allégresse,

                     L’amitié toute en vérité connaîtra son éternité.



Couleur printemps

                     Alors l’espérance pose le jaune sur les jours de l’existence,

                     Les fleurs du printemps nous invitent à de nouvelles réjouissances,

                     Que chante notre coeur,notre bonheur s’éveille à son évidence,

                     Le blanc éternel offre le jaune de sa perpétuelle régénérescence,

                     Les divines couleurs libèrent notre joie pour tout le bien de notre conscience.



Jeunesse insouciante

                     Que demeure insouciante la jeunesse,

                     Bien assez tôt devra-t-elle s’occuper de sa sagesse,

                     Que prédomine son désir,viendra vite le temps du seul plaisir,

                     Ainsi s’ordonne la danse des jours pour tout le bénéfice de notre amour,

                     Pour tout le bonheur de notre éternelle jeunesse,

                     Pour tout l’honneur de notre divine sagesse.



Les Droits de l’Homme ou quand les consciences proclament leur évidence

                     Les consciences proclament leur évidence,

                     Pourtant bien ailleurs demeure leur importance,

                     Les intérêts,sujets du roi argent,dictent leurs lois,

                     Mais toujours l’amour retrouve sa noble place en ces jours,

                     Dit-il le partage,la compassion,la reconnaissance,

                     Délivre-t-il pour tous de la fraternité son éminence,

                     A sa suite les consciences proclament leur évidence,

                     Les Droits de l’Homme ou l’expression d’une éternelle vérité,

                     Car qui nuit à la liberté,à l’égalité,

                     Qui à son semblable inflige la souffrance,

                     Renie tout le sens de son existence,

                     Qu’il entende son coeur,il retrouvera son divin,ou du moins son premier bonheur.



Le bonheur défini

                     A l’apogée de notre vérité saurons-nous définir le bonheur,

                     Quand serons-nous en cet état de grâce hors de tout doute,

                     Libérés de toute peur,

                     En la sagesse de l’être le bonheur définit sa richesse,

                     Vit-il ses jours au courage de son amour,

                     A nous le bonheur,

                     Car à nous tous les possibles vers l’excellence de notre coeur.



123456...215

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie