Ta confiance

                     Dévoile ton coeur,

                     Connaîtras-tu ton bonheur,

                     Ce qui est en toi en vérité annonce ta liberté,

                     Foin de toute fausse apparence,

                     Point d’inutiles insolences,

                     Trace la route de tes jours par tout le savoir de ton amour,

                     Accorde-toi cette confiance que te suggère sans fin ta conscience,

                     Sois toi en toute exigence,en toute espérance,

                     Ne seras-tu surpris de comprendre enfin la divinité de ton éternité.



Le prix du service

                     Quel est le prix de mon service,

                     La valeur de ton sourire mon ami,

                     Ta reconnaissance emplit ma conscience,

                     Aurai-je l’appui de ton aide quand sera trop forte la souffrance,

                     Ce temps passé pour ton bienfait ne fut une corvée,

                     En mes pensées m’a-t-il honoré,

                     En vérité le service n’a de prix,

                     Sa valeur n’est que celle indiquée par nos coeurs.



L’Homme déraciné

                     En toute urgence l’Homme déraciné doit retrouver les origines de sa première naissance,

                     Le vaste empire de sa pleine conscience,

                     Quand en son coeur traduisait-il son ineffable bonheur,

                     Enfant du pur amour s’en irait-il au pays des jours,

                     Grandirent en son être doutes et incertitudes,

                     Reviennent joie et espérance par force d’habitude,

                     L’éminente évidence fruit de tant d’existences,

                     L’Homme déraciné retrouvera son origine juste divine.



Le pouvoir de nos mémoires

                     Au-delà du temps l’éternel de son passé,

                     Savons-nous ce pouvoir de nos mémoires,

                     Tout se recrée pour peu de s’accorder l’intime volonté,

                     Rien ne se perd en cette perpétuelle lumière,

                     Si grande sera notre joie quand aurons-nous retrouvé notre vérité,

                     Mais dès ce présent savourons tous nos instants,

                     Pour toujours notre amour fait siennes les couleurs de tous ces jours.



Quand le moi se tait

                     Quand le moi se tait s’émancipe l’être,

                     Vers son évidence sans autre égard pour ce seul paraître,

                     L’âme en marche ne compte ses pas,

                     Elle avance en toute confiance sur le chemin de l’espérance,

                     Quand le moi se tait s’épanouit l’amour au sein des jours,

                     En vérité sans plus le compte du temps,

                     Quand le moi se tait,hors de tout ego,l’être affiche sa divine prestance,

                     Ouvre son coeur à son éternel bonheur.



L’art de la comédie

                     Que serait l’existence sans l’art de la comédie,

                     Nul hasard en ces rires,

                     En ces plaisirs témoignés sur toutes ces apparences,

                     Le comédien retient un court instant le temps,

                     Offre une parenthèse d’insouciance aux consciences,

                     En vérité,essentielle est son importance en cette existence,

                     L’art de la comédie ou cette autre façon de traduire l’éternité en cette réalité,

                     Cette autre manière de libérer l’amour en ces jours.



Rire encore

                     Rire ou le repos de l’âme,

                     Le rire retient le temps,

                     Lui ce fou sans ambages,

                     Son passé à nos seules pensées,

                     Alors rire et faire sien ce présent,

                     S’offrir le plaisir de vivre,

                     Libérer ce coeur en quête d’absolu bonheur,

                     Grandir cette joie pour le plus intime émoi,

                     Jouissance en l’être que saura traduire le corps de ce paraître,

                     Rire ou exulter,sans retenue aucune,son amour en ces jours.



L’oeuvre de ta vérité

                     Sculpte la matière de ta volonté,

                     Naîtra l’oeuvre de ta vérité,

                     En ce vaste empire des ignorances libère tes sens,

                     Sois ce guide pour tes semblables vers leur probable,

                     En cet atelier des jours deviens l’interprète de l’amour,

                     Créateur de bonheur en nombre de coeurs,

                     Pour la divine allégorie seras-tu artiste en cette vie.



L’âme inconnue

                     Elle ne restera pas,

                     Elle ne sera même pas de passage,

                     L’âme inconnue s’en ira,

                     Qui étais-tu toi l’enfant que nous n’aurons pas,

                     Le temps n’offre point toujours ses jours,

                     Devons-nous le comprendre en plein coeur de notre amour,

                     Reviendras-tu,

                     Dieu que tu seras la bienvenue.



A toi mon frère

                     A toi mon frère,

                     Oui toi,point enfant de mes parents,

                     Toi mon ami d’hier et pour toujours,

                     Mon amour t’a fait membre de ma mémoire,

                     De cette réalité perpétuelle,

                     De ces jours une de leurs parts les plus belles,

                     Tu as rejoins trop tôt ta vérité,

                     Trop lourde était ta souffrance,

                     Les yeux de ton âme ne voyaient plus la lumière de l’espérance,

                     Mon bonheur pleure ton absence,

                     Pourtant mon coeur sait que reviendra le temps des réjouissances,

                     Pour les âmes unies à jamais les précieuses retrouvailles,

                     Car cette naissance et cette mort n’ont le privilège du don de vivre et d’aimer,

                     Oui mon frère,ensemble nous rendrons tout honneur à notre éternité.



1...34567...226

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie