D’antan

                     D’antan je retrouve le temps,

                     D’une enfance encore de son amour en pleine évidence,

                     Sans le besoin de l’espérance tout enseignait ma conscience,

                     D’antan son précieux présent,

                     Sa joie en tout émoi.



La Dame,La belle Dame,

                     La Dame,la belle Dame,

                     Elle jamais vieille car elle éternelle,

                     En son coeur la puissance du feu comme une terrible colère,

                     Comprenez son féminin sacré,

                     Ultime réceptacle de vérité,

                     L’espérance vous ouvre ses bras enfants de la Terre,

                     La belle Dame est votre mère.



Tout être est différent de son apparence

                     Tout être est différent de son apparence,

                     L’habit du corps ne révèle de son âme son élégance,

                     Sa spirituelle prestance,son éternelle éminence,

                     Beauté n’est vérité,

                     Quand pourtant les deux sont à l’unisson,

                     A ce personnage sans âge le plus noble nom.



Les souvenirs d’enfance

                     Les souvenirs d’enfance,bercés encore par l’innocence,

                     Ne quittent notre conscience,

                     Comme un appel à l’espérance,

                     Pour un peu de vérité en cette restante réalité,

                     Pour retrouver un peu d’amour certifié avant le retour vers l’éternité.



Souviens-toi de ton père

                     Souviens-toi de ton père,

                     Quelle était sa souffrance,

                     Connaissais-tu la somme de ses doutes,

                     Lui qui t’a ouvert la porte des jours pour le possible de ton existence,

                     Souviens-toi de ton père,est-il ton frère,

                     Compagnon d’âmes en mal d’évidence,

                     Comme toi en quête constante d’espérance,

                     Comme toi ami du temps à l’œuvre de son amour,

                     Souviens-toi de ton père,

                     Car n’ignore que du haut de son éternité lui ne t’a jamais oublié.



Qui dira de l’oeuvre du passé ses secrets

                     Qui dira de l’oeuvre du passé ses secrets,

                     De son artiste ses tristes affres ,

                     Ses jouissances non dénuées d’espérance,

                     Ce qui était est et sera,

                     Découvrons en l’oeuvre du passé son éternelle évidence,

                     Par le fait de ce sens inné retrouvé en notre conscience.



Lisons encore,lisons toujours

                     Lisons encore,lisons toujours,

                     Emplissons-nous des lignes de la connaissance,

                     Les mots lus ont le pouvoir d’influencer notre conscience,

                     De proposer le doute et de combattre notre ignorance,

                     Ayons cette volonté pour nos pensées,

                     Elles au creux des énigmes de notre être,

                     En cette heureuse perspective vivons-nous ces jours,

                     Par la science de cette existence perçons les secrets de notre intime vérité,

                     Lisons encore,lisons toujours,

                     Il n’y a de mystères sur cette terre pour qui cherche et trouve les mots qui parleront à son amour.



Tout quitter

                     Tout quitter ou le fait de chaque destinée,

                     Chacun fermera les portes de cette réalité,

                     Chacun laissera tomber son manteau de densité,

                     Chacun s’en ira pour le grand voyage vers le pays des sages,

                     Pour chacun la vérité de son amour malgré les regrets,

                     Malgré les doutes semés sur le chemin des jours,

                     Qui saura qu’il reviendra,

                     Qui restera en toute félicité au sein de son éternité.



Nostalgie je t’oublie

                     Nostalgie,je tairai tes regrets,

                     Seule l’espérance des temps venants guideront mon présent,

                     Le passé a rendu sa vérité,

                     Phases de bonheur et de souffrances pour mon être en croissance,

                     S’est enrichie mon humilité,

                     S’est révélée ma sincérité,

                     Nostalgie je t’oublie,

                     Je vais vers ces jours déjà à l’œuvre de mon amour.



Mauvaises pensées sont déjà des regrets

                     Mauvaises pensées sont déjà des regrets,

                     Combats ces doutes,

                     Ces incertitudes devenues maîtresses de ton habitude,

                     Sois toi en toute ta foi,

                     Ces jours ne sont les ennemis de ton amour.



1...34567...255

Poésie d'Ecosse |
La Poésie, c'est l... |
bert55 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cadence infernale.
| poésie c'est de l'art ,prov...
| athkanna philosophie